Davos: l'intelligence artificielle déclenche une course aux compétences

Chargement en cours
 Faudra-t-il bientôt passer un entretien de recrutement face à un ordinateur capable d'analyser jusqu'aux expressions du visage?

Faudra-t-il bientôt passer un entretien de recrutement face à un ordinateur capable d'analyser jusqu'aux expressions du visage?

1/2
© AFP, DAMIEN MEYER
A lire aussi

AFP, publié le vendredi 26 janvier 2018 à 12h10

Faudra-t-il bientôt passer un entretien de recrutement face à un ordinateur capable d'analyser jusqu'aux expressions du visage? L'intelligence artificielle bouscule le monde du travail et seule la formation pourra éviter des pertes massives d'emploi, préviennent les patrons réunis à Davos. 

Des technologies qui relevaient il y a encore peu de la science-fiction, comme les algorithmes pour le diagnostic médical, les robots intelligents ou véhicules sans conducteur, sont en train de prendre pied dans la réalité. 

"Le métier du marketing est très différent de ce qu'il était il y a cinq ans", a pris en exemple Alain Dehaze, le patron du groupe suisse Adecco, le numéro un du travail temporaire, lors d'un entretien avec l'AFP.

Désormais, les salariés perdent en moyenne 30% de leurs connaissances tous les 4 ans environ, a-t-il quantifié, ce qui implique de "se reformer régulièrement pour soigner son employabilité". 

Le patron d'Adecco s'est pourtant dit "optimiste" quant aux possibilités qu'ouvre l'intelligence artificielle, qui va créer de nouveaux métiers.

Le principal défi est de synchroniser l'arrivée de nouvelles technologies et les compétences dont vont avoir besoin les entreprises, a-t-il insisté.

- 1,4 millions d'emplois -

Selon une étude publiée par les organisateurs du forum économique mondial, quelque 1,4 millions d'emplois rien qu'aux États-Unis vont être affectés par les nouvelles technologies d'ici 2026.

D'après cette étude, 95% des salariés les plus directement touchés pourront, avec une formation adéquate, trouver un bon emploi. 

Sans remise à niveau, 16% de la population active pourrait au contraire voir ses chances de retrouver du travail s'étioler.

"Cette fois, ça n'est pas juste une question de cols bleus ou de cols blancs", a dit à l'AFP Alain Roumilhac, le patron de Manpower France, pointant que les métiers manuels ne sont pas forcément les plus menacés.  

"On va au devant d'une révolution des compétences", a-t-il affirmé, soulignant que "ce sont les tâches répétitives", qu'elles soient manuelles ou administratives "qui sont appelées à disparaître".

Ce saut technologique suppose de mettre en place de vastes programmes de formation en veillant aussi à gérer l'angoisse de nombreux salariés. 

"Il faut expliquer que le numérique n'est pas une menace", a-t-il voulu rassurer.

- Avatar -

A Davos, le groupe américain Manpower propose d'ores et déjà aux participants de venir faire un bilan de compétences virtuel, installé dans les salons d'un hôtel de cette station de ski huppée des Alpes Suisses.

Les candidats s'assoient face à un ordinateur sur lequel apparaît un avatar sous les traits d'une femme, Zara. Laquelle pose des questions, mais observe aussi les réactions, via un système de reconnaissance faciale.

L'avantage: cela permet d'évaluer en un temps record le niveau de compétences numériques des candidats là où il faudrait une foule de recruteurs en chair et en os pour parvenir au même résultat. 

Parmi les initiatives dévoilées au Forum économique mondial, où se réunissent cette semaine les grands décideurs économiques et politiques, les patrons de Cisco, SAP et CA Technologies ont annoncé mardi le lancement d'une plateforme commune, appelée Skillset, où tout le monde peut librement venir évaluer ses compétences et en acquérir de nouvelles. 

"Nous savons tous que la technologie va créer et supprimer des emplois", a déclaré Chuck Robbins, le patron de Cisco, lors d'une conférence de presse. 

Les géants de la technologie ont "une responsabilité" de former de nouveaux travailleurs.

Selon Devin Wenig, le patron du groupe américain eBay, l'intelligence artificielle va ouvrir une foule de possibilités pour ses clients, notamment pour personnaliser les expériences d'achat, mais aussi pour ses employés. 

"Tous les jours des milliers de gens nous appellent pour des tâches simples, comme de réinitialiser leurs mots de passe. Pour un chargé de clientèle, ça n'a pas beaucoup de valeur ajoutée", a-t-il argumenté, pointant que les technologies de reconnaissance de langage permettent de filtrer et d'automatiser ces demandes pour leur confier des tâches plus gratifiantes.

Pour Sharan Burrow, la secrétaire générale de la Confédération syndicale internationale, ce grand saut technologique va cependant être négocié en mettant en place une réglementation "très claire" pour s'assurer qu'il y ait "toujours un contrôle humain" dans le déploiement de ces technologies. 

"Nous voulons voir les droits de l'homme et les droits des travailleurs au centre de la façon dont le travail est décidé", a-t-elle réclamé. 

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
3 commentaires - Davos: l'intelligence artificielle déclenche une course aux compétences
  • Un très bon documentaire sur France 2 il y a quelques jours.
    Les usines totalement automatisées (1 personne ou 2 pour la maintenance), les centres de tri (en Chine dans le doc mais ça va vite arriver ici) avec plein de petits robots sur roulettes, les personnes chargées de l'accueil, les juristes, les comptables, ... tous remplacés par une seule machine par entreprise. Les hôtesses de caisse remplacées (c'est déjà le cas). Un cerveau artificiel qui fonctionne comme un cerveau humain (connexion entre neurones) capable de comprendre les différents sens des phrases et qui sera très prochainement capable de détecter si c'est du 2nd degré ou non en étant capable d'étudier les variations du visage (bouche, yeux, ...). C'était impressionnant !
    Quand la majorité sera au chômage (sauf quelques ingénieurs ... et encore), les robots ne cotisant ni pour le chômage, ni pour la maladie, ni pour la retraite, un monde nouveau s'offrira à vous.
    1984 ... le retour !!

    Il se pose la question du "progrès" dans quel but ? L'HOMME est trop souvent capable du pire pour ne pas se dire que l'heure n'est pas à la philosophie et qu'une poignée de "génies débiles" n'hésitera pas , au nom du Dieu pognon à en profiter pour s'octroyer la part du lion quitte à mettre l'énorme majorité des populations dans une situation invivable ! Ma génération a connu une phase de progrès gigantesques qui n'a certes pas profité à tous, mais qui s'est tout de même partagé sous la pression des peuples . Qu'en sera t il demain? Quand on voit la "marche arrière" enclenchée.... il serait, à mon sens urgent de se poser la question de savoir dans quel monde nous souhaiterions que nos petits enfants vivent !!!!!!
    Pour info.... j'ai connu un monde sans électricité ... j'ai appris à lire à 5 ans .... à la lueur d'une lampe à pétrole .....Je vous assure qu'avec des "filtres" de ce type .... on sait faire la part des choses et faire la différence entre l'essentiel et le superflu !

  • je ne crois pas à l'intelligence artificielle qui serait soit disant plus douée que l'intelligence humaine ....

    je vous donne un exemple : un avion prévoit d'atterir en automatique guidé par son ordinateur ....tout va bien car tous les paramétres sont rentrés dans le calculateur de bord et le cerveau analytique de l'avion décide de poser l'avion ......seulement voilà .......
    Dix secondes avant de poser l'avion, le pilote se rappelle que ce controleur aérien ,qu'il a connu par le passé, est totalement fou et dangereux et donc qu'il se trame quelque chose de dangereux dans l'autorisation d'atterrir .......le pilote demande à l'avion de ne surtout pas se poser.... l'avion refuse l'ordre du pilote car il analyse que tout va bien et il décide de se poser quand meme sur la piste ........au moment ou les roues touchent la piste les explosifs cachés dans le seuil de piste explosent et c'est le drame .....

    Des exemples comme çà il y en a plein.......
    Conclusion : Un ordinateur n'aura "Jamais" tous les souvenirs "à tiroirs infinis" du cerveau humain seul organe permettant de developper l'instinct de survie .....

  • Le problème avec l'intelligence artificielle est le suivant : L'homme peut-il être certain de toujours garder le contrôle sur l'IA ? Si on a la sagesse de limiter l'utilisation de l'IA ,
    ainsi que son développement à des tâches répétitives et subalternes ,oui ,probablement .Mais si on franchit la ligne jaune, en allant trop loin dans le développement et l'autonomie de l'IA, celle-ci pourra très vite apprendre par elle-même, s'auto perfectionner, s'auto répérar et s'autoreproduire. Très vite elle dépassera l'humain, et inévitablement elle prendra le contrôle de l'humain...........et la , ce sera fini pour nous. Si on va trop loin avec l'IA, ce pourrait être le pire cauchemars et la fin certaine.

    Il y a encore de la marge. Cependant, c'est plutôt l'utilisation faite qui pose problème par des gens plus ou poins bien intentionnés. Cela peut faire avancer dans certaines recherches comme le génome humaine, le comportement des personnes, la sécurité de l'information.
    A contrario, les assureurs pourraient s'en servir pour réduire les remboursements de santé, surtaxer les mauvais conducteurs, etc. Les banques pourraient vouloir optimiser ses bénéfices aux détriments des clients. Le champ exploratoire est tellement vaste et en dehors du simple remplacement des hommes par des machines c'est tout une philosophie de vie qui pourrait être bouleversé avec l'IA. Mais les politiques ne comprennent rien comme d'habitude !

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]