Antarctique: nouvel indice sur la hausse du niveau des mers

Antarctique: nouvel indice sur la hausse du niveau des mers

Un glacier de l'Antarctique grand comme la France, en train de fondre sous l'effet du réchauffement climatique, flotte davantage sur l'océan que ce que pensaient jusque là les scientifiques, aggravant les risques de hausse ...

AFP, publié le mercredi 21 mars 2018 à 00h02

Un glacier de l'Antarctique grand comme la France, en train de fondre sous l'effet du réchauffement climatique, flotte davantage sur l'océan que ce que pensaient jusque là les scientifiques, aggravant les risques de hausse du niveau des mers, ont dit mardi des chercheurs.

Le glacier Totten, dans l'est de l'Antarctique, est l'un des plus grands glaciers du continent blanc. Comme d'autres calottes glaciaires, il est surveillé de près car susceptible de libérer des quantités énormes d'eau, menaçant les centaines de millions d'humains vivant en zones côtières.

Une partie du glacier repose sur le substrat rocheux et l'autre se répand à la surface de l'eau, où elle flotte. Cette dernière partie, la barrière de glace, est plus vaste que ce qu'estimaient jusqu'alors les spécialistes.

Dans le cadre du Programme Antarctique australien, des chercheurs emmenés par le glaciologue Ben Galton-Fenzi, dont des scientifiques de la Division australienne de l'Antarctique et de la Central Washington University, ont passé l'été à étudier le Totten. 

Dans un communiqué publié en fin de mission, le professeur Paul Winberry, de la Central Washington University, explique qu'ils ont provoqué artificiellement des ondes sismiques pour étudier sa structure. 

"Dans certains endroits où l'on pensait que la calotte reposait sur la terre, nous avons décelé l'océan au-dessous, ce qui indique que le glacier est de fait en train de flotter", a-t-il dit. 

Du ciel, les contours de ce glacier n'apparaissent pas, car le continent antarctique est couvert d'une épaisseur de neige et de glace de plusieurs kilomètres.

Des études récentes ont déjà montré que le glacier était érodé par en-dessous via des canaux apportant de l'eau de mer chaude.

Au fil de l'érosion, la proportion du glacier flottant sur l'eau augmente, accélérant la vitesse de la désintégration. 

La découverte des chercheurs pourrait expliquer des périodes récentes de fonte accélérée, a ajouté M. Winberry. "Cela peut aussi vouloir dire que le Totten sera plus sensible à l'avenir aux variations climatiques".

Selon la Nasa, entre 2002 et 2016, l'Antarctique a perdu 125 gigatonnes de glace par an.

D'après M. Galton-Fenzi, le Totten contient suffisamment de glace pour élever ces niveaux de trois mètres si la totalité venait à fondre. "Depuis les années 1990, le niveau global de la mer a augmenté d'une vingtaine de centimètres et d'ici la fin du siècle, il devrait s'accroître de jusqu'à un mètre. Mais tout ceci est très incertain, c'est pourquoi il est important d'étudier les glaciers comme le Totten", a-t-il dit.

L'Antarctique concentrant 62% des réserves d'eau douce de la planète, son dégel devrait notamment contribuer à désaliniser les mers du globe, un mécanisme fatal pour de nombreuses espèces marines.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
29 commentaires - Antarctique: nouvel indice sur la hausse du niveau des mers
  • avatar
    smiles42  (privé) -

    Mais que FAIT MME ROYAL qui a pourtant abandonné ECOMOUV en rase campagne et les milliards d'Euros qui se sont envolés comme pour "Perette et le pot au lait"!

  • Rien d'inédit ... il y a quelques milliers d'années Poitiers était sous le niveau de la mer ...

    Un cycle de plus de la vie de cette planète qui, avec ou sans l'homme, continuera de tourner, et tantôt de se réchauffer ou de se refroidir, faisant tantôt disparaître des espèces, tantôt apparaître de nouvelles, etc...

    Ces "scientifiques" qui pensent pouvoir influer sur ce rythme sont au mieux "ridicules", au pire dangereux.

    Actuellement, il ne se passe pas un jour sans que l'on commente le temps qu'il fait en comparant la météo du jour avec des moyennes saisonnières établies sur 30 ans... C'est alors qu'avec -3 °C nous avons un froid sibérien et qu'avec + 24¨C nous sommes en pleine canicule !

    Allez ! bon réchauffement car il y en a besoin un peu partout dans l’hémisphère nord en ce début de printemps !!

  • Pour apporter plus de précision et ne pas lire n'importe quoi, je veux juste dire que si la totalité de la calotte glacière(qui flotte) de l'arctique fondait, le niveau de la mer ne bougerait pas d'un centimètre. Par contre il en est autrement pour les glaciers du Groenland et de l'ensemble des glaces de l'Antarctique qui se trouvent au dessus du niveau de la mer.

    Si l'ensemble du Groenland fondait le niveau des océans monterait de 7 mètres et 33 mètres de plus pour l' Antarctique. Après il convient d'ajouter l'augmentation du niveau due à la dilatation de l'eau par augmentation de sa température .

    Si l'ensemble du Groenland fondait le niveau des océans monterait de 7 mètres et 33 mètres de plus pour l' Antarctique. Après il convient d'ajouter l'augmentation du niveau due à la dilatation de l'eau par augmentation de sa température . Et j'ai oublié les glaciers de montagne.

  • Qui peut penser que la fonte d'un glaçon, même équivalent à la surface de la France, peut élever le niveau de la totalité des mers de 3 mètres sachant que les mers correspondent à 75 % de la surface de la terre et que la partie qu'il faut rajouter, en cas de fonte complète au volume totale des mers, est de 10% du glaçon (la partie visible de l'iceberg). Il est fort en math ce Galton-Fenzi. L'augmentation de hauteur de 20 cm de niveau de la mer ferait que les plages environnantes seraient diminuées de moitié! Je n'ai rien vu de tel en France qui comporte 5000 km de côtes!

    Ce n'est pas un iceberg mais un glacier. Par endroits il repose sur la mer mais n'y est pas immergé aux 9/10.

    Félix... Les gros glaçons, c'est 1/10 émergeant et 9/10 immergés ...

    Alors répétons : ce n'est pas un gros glaçon, un iceberg, détaché du continent et flottant dans des eaux libres, mais un glacier, qui repose sur le continent et, par endroits, se trouve sur des chenaux, des criques, des échancrures, des incursions de l'océan dans les terres du continent (ce que les scientifiques ignoraient précédemment, d'après l'article). En aucun endroit de ce glacier la loi des 1/10 émergé contre 9/10 immergé ne peut s'appliquer.

    Un Iceberg, c'est un gros glaçon qui flotte et qui dérive... point barre !

    Et justement, Tommy, peut-être accepterez-vous de comprendre à la troisième fois, il ne s'agit pas d'un iceberg, en mer libre, mais d'un glacier, sur le continent. Les 9/10 c. 1/10 ne sont pas ici applicables.

  • les bons terrains situés entre 200 et 700 mètres vont prendre de la valeur bons placements pour le futur.