Altran dévisse en Bourse, pénalisé par l'anomalie chez Aricent

Altran dévisse en Bourse, pénalisé par l'anomalie chez Aricent
Le groupe de conseil en technologie Altran révèle un incident financier chez la société américaine Aricent qu'il a rachetée

AFP, publié le vendredi 13 juillet 2018 à 13h51

L'action d'Altran dévissait de près de 21%, vendredi à la Bourse de Paris, pénalisée par l'anomalie décelée dans les comptes d'Aricent, antérieure à son rachat en mars 2018 par le groupe de conseil en technologie.

En milieu de matinée, le titre perdait 20,83% à 9,49 euros, dans un marché en hausse de 0,45%.

"Altran ne prévoit pas d'impact significatif sur ses chiffres du premier semestre, mais le profil de marge d'Aricent est révisé à 15,6%, contre 18,3% précédemment", ont noté les analystes de Aurel BGC.

"La direction d'Altran a découvert chez Aricent une anomalie liée à des bons de commande qui se sont avérés être fictifs (...) pour un montant de 10 millions de dollars", a annoncé vendredi le groupe dans un communiqué.

Les faits ont eu lieu sur la période courant du troisième trimestre 2017 au premier trimestre 2018 et ces agissements semblent "à ce stade limités à un individu". 

"On ne pense pas que cela va affecter matériellement nos résultats semestriels consolidés avec Aricent, l'objet de cette annonce c'est de corriger pour le marché les niveaux de profil de marge communiqués qui étaient gonflés", a expliqué le PDG d'Altran, Dominique Cerutti, lors d'une conférence de presse téléphonique.

Le groupe français a précisé avoir déjà engagé un plan d'action pour rétablir le profil de marge à 18,3% qui avait été communiqué, d'ici à la fin de l'année. 

"Nous comprenons qu'il y aura des coûts exceptionnels, mais la direction du groupe a affirmé pendant la conférence téléphonique qu'ils seraient minimaux" et "il semblerait que personne d'autre à part cet individu ne soit impliqué", ont souligné pour leur part les analystes de Bryan Garnier qui ont décidé de "maintenir leur prévisions" de résultats pour le groupe.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU