Wissous - Le Chesnay : le désespéré sauvé in extremis après 24 heures de recherches

Wissous - Le Chesnay : le désespéré sauvé in extremis après 24 heures de recherches

Illustration.

leparisien.fr, publié le vendredi 06 avril 2018 à 15h06

Le jeune homme de 19 ans allait se tirer une balle dans la tête dans un stand de tir lorsque le gérant a dévié le revolver.

Il a eu la vie sauve grâce à une chaîne d'êtres humains de bonne volonté. Un jeune homme du Chesnay (Yvelines), âgé de 19 ans, a été arrêté in extremis le 25 mars dernier alors qu'il jouait à la roulette russe dans le stand de tir de Wissous (Essonne).

La veille, vers 11 heures, un retraité pousse la porte de la gendarmerie d'Evrecy (Calvados) : il vient d'apprendre qu'un jeune homme souhaite mettre fin à ses jours. L'information lui a été transmise par sa fille, qui vit aux Etats-Unis, qui la tenait elle-même de son fils. Ce dernier venait de s'entretenir par Internet avec Baptiste, un ancien copain de classe déprimé. Le retraité ne sait qu'une chose : ce garçon vit dans les Yvelines.

Les gendarmes normands consultent le compte Facebook du jeune Baptiste. Sa page indique qu'il réside à Crespières. Ils alertent les militaires d'Orgeval qui se rendent à la dernière adresse connue du jeune suicidaire. Mais la maison semble abandonnée et le gardien de la résidence informe les forces de l'ordre que la famille a déménagé au Chesnay. L'information est transmise au commissariat de Versailles pour qu'ils tentent de localiser son téléphone mobile.

Le 25 mars, vers 11 heures, la maman de Baptiste rappelle les gendarmes du Calvados pour leur signaler que son fils est allé au stand de tir de Wissous (Essonne). Les militaires passent immédiatement un coup de fil au gérant. Ce dernier surprend Baptiste en train de jouer à la roulette russe avec un revolver. Le canon de son arme est posé sur sa tempe. Le responsable du stand parvient à dévier l'arme au dernier moment. Le coup de feu qui aurait été fatal part et une balle vient se loger dans un mur.

Le jeune homme a été pris en charge par les secours et les autorités avant d'être hospitalisé.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.