Val-de-Marne : deux employés d'un hôpital soupçonnés de trafic de respirateur

Val-de-Marne : deux employés d'un hôpital soupçonnés de trafic de respirateur
Un respirateur à Hambourg, en Allemagne, le 25 mars 2020.

, publié le vendredi 27 mars 2020 à 11h19

Ils proposaient l'appareil sur Le Bon Coin au prix de 450 euros.

Deux salariés de l'hôpital privé Paul d'Égine, à Champigny-sur-Marne, ont été interpellé jeudi dans le cadre d'un enquête pour recel de vol en réunion, indique franceinfo vendredi 27 mars. Ils sont soupçonnés d'avoir voulu vendre des respirateurs, des appareils précieux pour le personnel soignant en pleine épidémie de coronavirus.

L'un d'entre eux a reconnu les faits.


L'alerte est venue d'un internaute qui avait repéré une annonce sur le site de ventre entre particuliers Le Bon Coin. Un respirateur "Élisée 250" était en vendu au prix de 450 euros. Son vendeur en faisait la promotion en s'inspirant de la plaquette de présentation du fabricant. "L'élisée 205 est un ventilateur à turbine dédié aux services d'urgence et soins intensifs, et parfaitement adapté aux déplacements intra et extra-hospitaliers du patient. (...) Il offre le même niveau de performance qu'un appareil de réanimation", pouvait-on lire.

La brigade anti-criminalité de Champigny-sur-Marne décide de passer à l'action après avoir appris qu'une transaction allait avoir lieu : un ingénieur bio-médical de 29 ans est interpellé devant l'hôpital privé Paul d'Égine. Un responsable technique de l'établissement, suspecté d'avoir fait office de guetteur, est également arrêté un peu plus tard.

Selon franceinfo, l'ingénieur avait déjà vendu ce type de matériel sur internet. Un autre respirateur se trouvait d'ailleurs dans son casier. Il a reconnu les faits, expliquant qu'il réparait ces respirateurs dans le cadre de son travail et que l'hôpital ne les utilisaient plus.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.