USA: les avocats d'El Chapo déposent une demande de nouveau procès

Chargement en cours
Le narcotrafiquant mexicain Joaquin "El Chapo" Guzman, le 19 janvier 2017 lors de son extradition vers les Etats-Unis
Le narcotrafiquant mexicain Joaquin "El Chapo" Guzman, le 19 janvier 2017 lors de son extradition vers les Etats-Unis
1/2
© AFP, HO, US DEPARTMENT OF JUSTICE

AFP, publié le mardi 26 mars 2019 à 18h29

Les avocats du narcotrafiquant mexicain Joaquin Guzman "El Chapo", reconnu coupable en février d'avoir co-dirigé le puissant cartel de Sinaloa, ont déposé mardi une demande de nouveau procès, arguant que des jurés avaient suivi la couverture médiatique du procès en violation des instructions du juge.

"Nous pensons que le comportement des jurés a privé Joaquin d'un procès équitable, dans lequel la défense a été extrêmement corsetée dès le départ. Nous avons hâte de faire valoir ses droits lors d'un nouveau procès, devant un jury qui tiendra ses engagements", a indiqué Eduardo Balarezo, un des avocats, dans un communiqué. 

Dans une motion déposée au tribunal fédéral de Brooklyn, où s'est tenu le premier procès trois mois durant, les avocats demandent une audience spéciale pour vérifier des informations rapportées en février par le site Vice News.

Selon un juré interrogé par Vice, au moins cinq membres du jury auraient contrevenu aux instructions du juge fédéral Brian Cogan en suivant les informations liées au procès.

Si l'audience spéciale "confirme ces informations exceptionnelles, la justice exigera un nouveau procès équitable", soulignent les avocats dans leur motion.

Les juges américains exigent toujours des jurés de s'abstenir de suivre la couverture médiatique des audiences, afin de garantir les droits de l'accusé à un procès équitable et un verdict fondé uniquement sur les éléments présentés au tribunal.

Les infractions à cette règle "ne sont pas nouvelles dans les affaires très médiatisées," soulignent les avocats. "Mais ce qui diffère, c'est l'honnête confession d'un juré selon laquelle certains jurés ont recherché et discuté ouvertement certaines informations extérieures sensationnelles --y compris de viles allégations selon lesquelles l'accusé aurait violé des jeunes filles".

Ces allégations, émanant d'un ex-collaborateur d'El Chapo cité comme témoin à charge au procès, apparaissaient dans des documents de justice rendus publics juste avant le début des délibérations du jury. 

Le témoin ne les avait pas évoquées à la barre mais elles avaient été reprises dans les médias. 

Joaquin Guzman, 61 ans, est passible de la réclusion à perpétuité et devrait connaître sa peine le 25 juin. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.