USA: des membres du gang MS-13 inculpés pour des violences inédites en 20 ans

Chargement en cours
Deux présumés membres du gang MS-13, photo diffusée par le ministère de la Justice le 16 juillet 2019
Deux présumés membres du gang MS-13, photo diffusée par le ministère de la Justice le 16 juillet 2019
1/3
© AFP, HO, US Justice Department

AFP, publié le mercredi 17 juillet 2019 à 01h41

Une vingtaine de membres du redoutable gang MS-13 ont été inculpés à Los Angeles pour des meurtres particulièrement sordides perpétrés depuis 2017, notamment celui d'un rival à coups de machette dont le corps a ensuite été découpé.

D'après l'acte d'accusation de 78 pages énonçant douze chefs d'inculpation rendu public mardi, la plupart des vingt-deux membres ont participé à sept meurtres à l'aide de machettes, couteaux et battes de baseball. La majorité des cadavres ont été abandonnés dans une forêt au nord-est de Los Angeles.

Ils appartiennent à un sous-groupe particulièrement violent des MS-13 appelé la Fulton clique, qui opère dans la région de Los Angeles et qui a recruté récemment parmi les jeunes immigrés venus d'Amérique centrale.

Selon les autorités, les recrues potentielles devaient faire leurs preuves en tuant un rival ou quelqu'un perçu comme une menace pour pouvoir intégrer le gang.

Par exemple, en 2017, un rival soupçonné d'avoir abîmé un graffiti des MS-13 a été capturé puis conduit dans la forêt où six membres du gang l'ont attaqué avec des machettes, ont découpé son corps dont ils ont jeté les morceaux dans un canyon après avoir arraché son coeur.

"Nous avons à présent retiré des rues environ deux dizaines de personnes associées avec la plus violente branche du MS-13 à Los Angeles, où le gang est soupçonné d'avoir tué vingt-quatre personnes ces deux dernières années", a commenté Nick Hanna, procureur fédéral de la ville californienne.

Selon lui, le gang est responsable d'une violence sans précédent depuis vingt ans et nombre des accusés risquent la peine capitale.

MS-13, ou Mara Salvatrucha, est apparu à Los Angeles au milieu des années 1980 et compte désormais des membres dans au moins dix Etats américains et plusieurs pays d'Amérique centrale dont le Salvador, le Honduras et le Guatemala.

Le président américain Donald Trump fait fréquemment référence à ce gang, qualifiant ses membres d'"animaux", pour justifier sa politique migratoire et la construction d'un mur frontalier avec le Mexique.

Les autorités ont estimé regrettable que certaines nouvelles recrues soient des jeunes ayant fui leur pays d'Amérique centrale en raison notamment de la violence des gangs, pour trouver une vie meilleure aux Etats-Unis.

"Au lieu de cela, ces victimes ont eu la malchance de croiser le chemin de membres d'un gang violent à l'affût des vulnérabilités liées à leur vécu de migrants", a relevé Jackie Lacey, procureure de Los Angeles.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.