Une mère jugée à Bordeaux pour le meurtre de cinq de ses bébés

Chargement en cours
 Les scellés et les pièces du procès de Laetitia Pita-Viera, jugée pour infanticide le 19 mars 2018 à la cour d'assises de Pau

Les scellés et les pièces du procès de Laetitia Pita-Viera, jugée pour infanticide le 19 mars 2018 à la cour d'assises de Pau

1/2
© AFP, IROZ GAIZKA

AFP, publié le lundi 19 mars 2018 à 12h26

Trois ans jour pour jour après la macabre découverte, le procès d'un quintuple infanticide s'est ouvert lundi devant la cour d'assises de Bordeaux, où une jeune mère doit répondre du meurtre de ses nouveau-nés, retrouvés chez elle à Louchats (Gironde).

Seule sur le banc des accusés, Ramona Hernandez-Canete est poursuivie pour "meurtres sur mineurs" et encourt la réclusion à perpétuité.

Après avoir été mis en cause au tout début de l'enquête, son mari, Juan Carlos Canete, a été disculpé. Il est partie civile dans ce procès "pour ne pas être un simple témoin", a expliqué à l'AFP son avocate, Me Joinau-Dumail, peu avant l'audience.

"Il n'est pas là pour accabler son épouse mais pour pouvoir répondre si des accusations fausses étaient proférées", prévient-elle.

Cet ouvrier agricole de 42 ans, mari "très jaloux, voire violent" selon la famille de Ramona, affirme qu'il n'a jamais rien su des cinq grossesses de sa femme, toutes menées à terme, entre 2005 et 2015.

Le 19 mars 2015, c'est lui qui avait donné l'alerte après la découverte d'un premier cadavre de bébé au domicile familial, par l'une des deux filles adolescentes du couple, dans un sac isotherme. Les gendarmes avaient rapidement trouvé quatre autres nouveau-nés dans un congélateur.

L'accusée, une petite femme de 37 ans, recroquevillée sur elle-même, est arrivée en baissant la tête dans le prétoire.

Visage émacié dissimulé derrière une longue chevelure brune, elle a décliné à voix basse son identité. Elle a écouté, parfois en larmes, le long rappel des faits énoncé par le président de la cour, Jérôme Hars.

Cette femme discrète a reconnu les faits "mais a eu du mal à les expliquer", a rappelé le président Hars, qui a demandé à l'accusée d'"aller au plus profond" d'elle-même pour "livrer des explications que vous seule pouvez livrer".

"Je ne sais pas quoi dire (...) Je suis la première à condamner mes actes", lui a répondu Ramona Canete.

Au coeur de ce procès qui s'annonce complexe, l'épineuse question du déni de grossesse.

"Ce n'est pas un déni à part entière, c'est tout simplement une femme qui est dans l'incapacité d'assumer les suites d'une grossesse", a dit Me Arnaud Dupin, avocat de la défense, évoquant "violence et incompréhension" au sein du couple et une épouse réduite à un "objet qui doit répondre au désir sexuel d'un homme".

Le verdict est attendu vendredi.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
8 commentaires - Une mère jugée à Bordeaux pour le meurtre de cinq de ses bébés
  • De tels faits paraissent incompréhensibles, impossibles, pour toutes personnes normalement constituées, mais...

    Comme l'écrit quelqu'un plus bas : drame de l'ignorance, drame de l'inculture, de l'inintelligence, drame de la bêtise...

    Pas si évident que ça à juger.

  • Aujourd'hui la contraception existe même si son mari ne voulait pas elle pouvait se rendre au planning familial et prendre un contraceptif sans son accord au lieu de tuer ses enfants. Ce drame est inadmissible aujourd'hui. Pour le père il est aussi coupable ; prendre sa femme pour un objet sexuel est inadmissible et je pense qu'il était aussi au courant de ces grossesses.

  • et comme d habitude, silence radio de la manif pour tous, ça doit etre des parents "normaux", c est pour ça

    Et ? Comprend pas...

  • et comme d habitude, silence radio de la manif pour tous, ça doit etre des parenrs "normaux", c est pour ça

  • et comme d habitude, silence radio de la manif pour tous, ça doit etre des parenrs "normaux", c est pour ça