Un surveillant mis en examen pour avoir introduit des téléphones en prison

Un surveillant mis en examen pour avoir introduit des téléphones en prison
Un surveillant de la maison d'arrêt de Nanterre, soupçonné d'avoir introduit 10 téléphones portables dans l'établissement pénitentiaire, a été mis en examen et suspendu de ses fonctions

AFP, publié le mardi 31 juillet 2018 à 17h31

Un surveillant de la maison d'arrêt de Nanterre, soupçonné d'avoir introduit 10 téléphones portables dans l'établissement pénitentiaire, a été mis en examen et suspendu de ses fonctions, a-t-on appris mardi auprès du parquet.

L'homme, âgé de 29 ans, a été mis en examen début juin pour "corruption passive" et "tentative d'introduction illicite d'objet dans un établissement pénitentiaire", a indiqué le parquet de Nanterre, confirmant une information du Parisien.

Un sac plastique contenant 10 téléphones portables a été retrouvé dans une poubelle de l'établissement le 2 juin. Suite à une dénonciation, un dispositif de surveillance avait auparavant été mis en place, a précisé le parquet.

Le surveillant, qui a reconnu avoir fait entrer ces téléphones, a été suspendu de ses fonctions et placé sous contrôle judiciaire.

Un détenu âgé de 37 ans a été mis en examen pour "corruption active" et "tentative de remise illicite d'objet dans un établissement pénitentiaire".

"Il ne s'agit absolument pas d'un trafic que mon client aurait alimenté plusieurs fois, il s'agit d'une seule entrée", a déclaré à l'AFP l'avocate du surveillant, Me Nadia Semiao, qui parle d'un "accident de parcours".

"Manifestement il a été abusé de son amitié et de sa gentillesse. Ce n'est pas quelqu'un qui se livrait habituellement à ce genre de choses", a-t-elle insisté.

L'enquête a été confiée au Service départemental de la police judiciaire (SDPJ) des Hauts-de-Seine.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU