Un septuagénaire soupçonné d'avoir séquestré pendant des mois son fils de 39 ans

Un septuagénaire soupçonné d'avoir séquestré pendant des mois son fils de 39 ans ©AFP
A lire aussi

, publié le vendredi 25 décembre 2020 à 21h58

Un septuagénaire est soupçonné d'avoir séquestré pendant au moins quatre mois son fils de 39 ans, reclus dans un grenier et privé de nourriture au motif qu'il avait perdu son emploi, dans un petit village d'Alsace. Placé en garde à vue, l'homme, âgé d'environ 70 ans, sera déféré samedi au parquet. 

L'affaire a éclaté mercredi soir, lorsque les gendarmes ont été appelés pour une histoire de violences : une mère de famille explique que son mari a été frappé par leur fils à Malmerspach, une commune à une trentaine de kilomètres au nord-ouest de Mulhouse.


Le trentenaire, qui reconnaît les faits, est alors conduit aux urgences à Mulhouse afin de déterminer si son état de santé est compatible avec une garde à vue, a déclaré la gendarmerie. 

En chemin, le trentenaire explique toutefois ne pas se sentir très bien, ni avoir mangé à sa faim dernièrement. A l'hôpital, son état de maigreur extrême, évoquant les "images de prisonniers dans les camps" de concentration, choque les soignants, a poursuivi cette même source. 

Privé de nourriture pour avoir perdu son emploi  

Interrogé, le jeune homme raconte alors être revenu au domicile parental il y a environ un an après la perte de son emploi.Son père, jugeant que son fils ne faisait rien pour s'en sortir, avait alors décidé de le loger dans le grenier, lui interdisant d'en descendre et de manger. 

Poussé par la faim, le trentenaire a expliqué avoir tenté de se glisser la nuit hors du grenier afin de manger les restes. Mais son père, qui s'en était rendu compte, en avait bloqué l'accès. 

Manifestement à bout, le trentenaire a fini par frapper mercredi soir son père qui était alors sous l'emprise de l'alcool.
Ces violences ne seront toutefois par retenues contre lui. Interrogés, des voisins ont assuré ne pas avoir été au courant du retour du fils au domicile parental.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.