Un homme, "probablement" migrant, retrouvé noyé sur une plage de Sangatte

Chargement en cours
Des sauveteurs français aident des migrants à Calais, le 18 octobre 2020 après leur tentative avortée de traverser la Manche dans un canot
Des sauveteurs français aident des migrants à Calais, le 18 octobre 2020 après leur tentative avortée de traverser la Manche dans un canot
1/2
© AFP, BERNARD BARRON

, publié le dimanche 18 octobre 2020 à 21h39

Le corps d'un homme portant un gilet de sauvetage, "probablement" un migrant qui tentait de gagner l'Angleterre, a été découvert dimanche sur une plage de Sangatte (Pas-de-Calais), après une nuit marquée par de nombreuses tentatives de traversées, a indiqué le parquet. 

Les pompiers ont expliqué avoir trouvé dimanche matin cet homme, dont l'âge est évalué entre 20 et 40 ans, en état de raideur cadavérique, portant un gilet de sauvetage, sur une plage de Sangatte.

La personne décédée est "probablement" un migrant tombé à l'eau alors qu'il tentait de traverser la Manche, a indiqué à l'AFP le procureur de Boulogne-sur-Mer, Pascal Marconville. 

Selon un communiqué diffusé par la préfecture du Pas-de-Calais, cet homme est "d'apparence iranienne". Une enquête a été ouverte pour tenter de déterminer les circonstances de son décès.

M. Marconville souligne qu'"énormément de tentatives de traversées" se sont produites pendant la nuit, en raison d'"une fenêtre météorologique qui semble avoir tenté les réseaux de passeurs". 

Une mer d'huile près des côtes françaises et un temps calme ont en effet succédé à plusieurs jours de météo agitée, mais le calme près de la côte était trompeur car les grandes marées provoquent de très violents courants dans le détroit.

Samedi, la préfecture a recensé neuf tentatives de traversées "empêchées" par les autorités françaises, concernant 201 migrants, et sept traversées au cours desquelles 102 autres sont parvenus à atteindre les côtes britanniques. 

Dimanche matin, 11 traversées ont été contrariées par les autorités françaises, impliquant 191 migrants.

Un correspondant de l'AFP a vu des migrants emmitouflés dans des couvertures de survie débarquer à Calais, parmi lesquels des femmes et des enfants. 

L'association Salam, qui vient en aide aux migrants, a quant à elle indiqué avoir rencontré à Calais "une petite quinzaine de gens trempés, en T-shirt, dont une dame, après un échec de passage par la mer : leur bateau a chaviré à 04H00 du matin et ils ont mis 7 heures à revenir à pied à Calais", gelés et affamés.

Tout au long de la journée, le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) Gris-Nez a reçu des appels pour des embarcations de migrants en difficulté.

La préfecture maritime recensait dimanche en début de soirée 65 migrants secourus en mer, dont quatre femmes et cinq enfants. L'un des migrants se trouvait en situation d'hypothermie sévère.

Depuis plusieurs mois, ces tentatives de traversées de la Manche sur des embarcations parfois très précaires se sont multipliées. Selon la préfecture, elles ont coûté la vie à quatre migrants en 2019 et trois en 2020.

Mi-août, un migrant soudanais s'était noyé en tentant la traversée sur un canot pneumatique, en compagnie d'un adolescent qui avait, lui, réussi à regagner la plage. Le corps du migrant avait été retrouvé, déjà, sur une plage de Sangatte.

Selon la préfecture, depuis le début de l'année, 479 tentatives de traversées ont été interceptées par les autorités françaises tandis que 559 ont atteint leur but, la Grande-Bretagne.

Si les falaises de Douvres semblent tout proches par beau temps depuis la côte du Calaisis, la Manche constitue "une des zones les plus fréquentées au monde et où les conditions météorologiques sont souvent difficiles", rappelle la préfecture maritime.

Fin septembre, les forces de l'ordre françaises ont procédé à Calais au démantèlement d'un campement de migrants où vivaient environ 800 personnes, Soudanais, Iraniens, Irakiens ou encore Erythréens désireux d'aller au Royaume-Uni, la plus importante opération de ce type depuis l'évacuation de la "Jungle" en 2016.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.