Un «hommage national» sera rendu à Arnaud Beltrame : portrait d'un gendarme d'exception

Un «hommage national» sera rendu à Arnaud Beltrame : portrait d'un gendarme d'exception

Le lieutenant-Colonel Arnaud Beltrame, ici en 2013.

leparisien.fr, publié le samedi 24 mars 2018 à 20h25

Le lieutenant-colonel de gendarmerie est décédé dans la nuit de vendredi à samedi après avoir pris la place de Julie, une employée du Super U de Trèbes (Aude) où un terroriste a fait feu sur lui à plusieurs reprises.

Il a essuyé le tir d'au moins quatre balles du terroriste. Entre la vie et la mort depuis la terrible attaque du supermarché de Trèbes (Aude) vendredi midi, le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame, 44 ans, a succombé dans la nuit à ses blessures. Le commandant en second du groupement des gendarmes de l'Aude s'était proposé comme otage volontaire pour obtenir la libération d'une femme retenue par le terroriste avec d'autres clients et employés du centre commercial.

L'officier de gendarmerie est devenu un héros, salué par l'hommage du président de la République et ce samedi par Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur, qui a annoncé son décès sur Twitter : « Jamais la France n'oubliera son héroïsme, sa bravoure, son sacrifice ». Pour preuve, l'Elysée a annoncé quelques heures après sa mort qu'un hommage national serait rendu à Arnaud Beltrame. Lui qui devait se marier en juin, avec Marielle, mais son union religieuse a dû être célébrée à l'hôpital.

LIRE AUSSI >Le récit de 4 heures de terreur

« Un gars solide. Il a, comme on dit dans notre jargon, une caisse de malade. Un potentiel sportif énorme », se souvient ce camarade de promotion l'Ecole militaire inter-armes (EMIA) dont Arnaud Beltrame avait réussi le concours en 2001. Il en était d'ailleurs le major.

«Un homme svelte, grand et sec, un vrai sportif»« A la course à pied, il est l'un des meilleurs. C'est un homme psychologiquement fiable, svelte, grand et sec, un vrai sportif », continue cet officier de gendarmerie. Arnaud Beltrame a commencé sa carrière dans l'armée de terre en 1996 au 8e Régiment d'artillerie de Commercy (Meuse) comme officier de réserve en situation d'activité (ORSA). C'est là qu'il devient aspirant, sous-lieutenant et lieutenant. En 1997, il passe son brevet commando au fort de Givet dans les Ardennes. Une épreuve redoutable. Puis à la fin de son contrat provisoire, les contrats à durée déterminée de l'armée, propres aux Orsa, ce Breton d'adoption originaire d'Etampes (Essonne) a choisi de rester dans la vie militaire et passe le concours de l'Emia pour faire carrière dans l'armée.

«C'est un frère»A l'issue de sa formation, il préfère entrer « en gendarmerie comme on entre dans les ordres » en 2002, raconte un de ses patrons. « Il était différent. Il bûchait ses cours quand nous, on s'amusait. Il était totalement investi dans sa mission. Il avait foi dans son métier de militaire et de gendarme. Ce qu'il a fait ne m'étonne pas. Il a mis en pratique ce qu'il a appris au cours de sa carrière », se souvient son camarade de l'Emia, lui aussi officier de gendarmerie. Et là encore à l'Ecole des officiers de gendarmerie, il est le meilleur : major de promo en 2002.

Comme tout officier de gendarmerie qui débute, il passe par « la mobile » très formatrice pour les jeunes officiers. Et se retrouve au groupement blindé de gendarmerie mobile de Satory (Yvelines) en 2003 où il côtoie celui qui deviendra l'un des plus jeunes colonels de France. « C'est un frère et un frère d'arme aussi. Et en ce moment je pense à lui et à sa famille. Nous sommes tous touchés », glisse ce très jeune officier supérieur visiblement ému.

Mais le jeune capitaine en veut. Il rêve d'être un as. Il le sera. Il est admis en 2003 à l'Escadron parachutiste d'intervention de la gendarmerie nationale (EPIGN), une unité restructurée en 2007 et intégrée au GIGN. Il devient chuteur opérationnel, ces parachutistes de l'impossible capables de sauter à haute altitude et de voler pendant des dizaines de kilomètres. En 2005, Arnaud Beltrame est muté en Irak, comme chef de détachement, où il mène des opérations de récupérations de ressortissants français. Ce qui lui vaudra la croix de la Valeur militaire avec citation à l'ordre de la brigade.

«Concours de l'Ecole de guerre»Puis c'est le tour des mutations obligatoires pour prendre des galons, il rejoint alors la compagnie d'Avranches (Manche) entre 2010 et 2014 où il obtient ses barrettes de chef d'escadron. Commander une compagnie c'est le passage obligé pour être un officier reconnu. Il tente alors le redoutable concours de l'Ecole de guerre qui forme les futurs hauts cadres de l'armée. C'est son seul échec, il sera recalé à l'oral. Mais cela ne l'empêche pas de progresser encore. En 2012, il obtient la médaille du Mérite national.

Et devient officier de liaison au sein du ministère de l'Ecologie. Là, il est chargé de suivre les crimes environnementaux pour le ministre. Il est nommé lieutenant-colonel en 2016. Avant de reprendre une nouvelle affectation sur le terrain dans l'Aude, en 2017, comme officier adjoint de commandement, dans le jargon, il était le « C2 » des gendarmes du département.

Réputé calme, discret, le lieutenant-colonel Beltrame avait organisé fin décembre une simulation d'attaque terroriste dans un centre commercial de Carcassonne. Comme une prémonition. A l'époque, les tirs avaient été simulés avec des paintballs. Mais pas cette fois. « Il est mort dans sa passion », résume Daniel Cerdan, figure emblématique du GIGN. « Il incarne à la perfection la devise de son école : le travail pour loi, l'honneur comme guide », retient ce général.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
7 commentaires - Un «hommage national» sera rendu à Arnaud Beltrame : portrait d'un gendarme d'exception
  • honte à nos gouvernements qui sont toujours dans l'angélisme...ou complices

  • Il y en a marre, ça va permettre aux responsables de cette mort de se mettre encore en scène, ils feraient mieux de rester chez eux et de laisser les militaires enterrer leur camarade. On va encore avoir droit à une mascarade avec le chef de l'état et le ministre des armées et même le ministre de l'intérieur tout les responsables qui vont venir expliquer que c'est la faute à personne qu'on l'a même naturalisé Français, que c'est normal voilà, ils devraient avoir honte et se cacher!

  • Et les 3 autres personnes décédées , elles n'auront pas droit à un hommage national ? Ah non ,c'est vrai , elles ne sont ni gendarmes , ni policiers ............

  • RIP Monsieur

  • Cela est la moindre des choses ,toute mes condoléances à son épouse et à ses proches