Suède : un Français clame son innocence au premier grand procès #MeToo

Chargement en cours
Le Français Jean-Claude Arnault arrive au tribunal de Stockholm, le 19 septembre 2018
Le Français Jean-Claude Arnault arrive au tribunal de Stockholm, le 19 septembre 2018
1/2
© AFP, Fredrik SANDBERG, TT NEWS AGENCY

AFP, publié le mercredi 19 septembre 2018 à 17h53

Un Français au coeur du premier grand procès #MeToo : Jean-Claude Arnault, astre déchu de l'élite culturelle suédoise, a clamé son innocence mercredi à Stockholm à l'ouverture de son procès pour le viol d'une jeune femme en 2011.

Le scandale a éclaté en novembre 2017, un mois après les révélations sur les viols et les autres agressions sexuelles imputés au producteur de cinéma américain Harvey Weinstein.

Un cataclysme qui a fait imploser l'Académie suédoise - avec laquelle M. Arnault, marié à l'un de ses membres, entretenait des liens étroits -, contrainte de reporter à 2019 l'annonce du prix Nobel de littérature 2018.

Le visage fermé, écharpe grise nouée autour du cou, lunettes de vue à monture noire, veste sombre, Jean-Claude Arnault n'a fait aucune déclaration à son arrivée au tribunal.

"Il conteste les accusations", a annoncé devant les juges son conseil, Björn Hurtig, dont le client encourt une peine de deux à six ans de prison.

Comme souvent dans les affaires d'agressions sexuelles, le tribunal a ensuite ordonné le huis clos à la demande de la partie civile et les journalistes ont été priés de sortir.

Absente à l'ouverture des débats, la victime présumée, dont l'identité n'a pas été dévoilée, est allée déposer après la décision de huis clos, protégeant de ses mains son visage face au mur de caméras et d'appareils photo.

"Je suis satisfaite. On ne peut rêver meilleure déposition de la part d'une partie civile", a déclaré à la fin de l'audience son conseil, Elisabeth Massi Fritz, un ténor du barreau suédois et une avocate spécialisée dans la défense des femmes.

L'audience de jeudi sera consacrée à l'audition de témoins indirects qui ont recueilli les confidences de la plaignante.

"Il est toujours difficile de prouver des faits survenus entre deux personnes dans une pièce fermée (...) et dont des personnes extérieures vont venir nous parler sept ans après", a prévenu l'avocat de la défense.

- "Peur intense" -

Jean-Claude Arnault, 72 ans, était le directeur artistique de Forum, un club très sélect qu'il avait créé en 1989, et où se côtoyaient éditeurs, écrivains, dramaturges ou musiciens en vue, mais également de nombreuses jeunes femmes.

En novembre 2017, le quotidien Dagens Nyheter publiait le témoignage anonyme de 18 d'entre elles affirmant avoir été violentées ou harcelées par Jean-Claude Arnault dont le comportement, selon elles, était notoire.

Plusieurs plaintes ont été classées faute de preuves ou frappées par la prescription, mais le parquet a estimé disposer de suffisamment d'éléments à charge dans un dossier remontant à 2011.

Le 5 octobre de cette année-là, dans un appartement stockholmois, Jean-Claude Arnault, violent selon la victime qui se trouve quant à elle dans un état "de peur intense", la contraint à des relations sexuelles, selon l'acte de mise en accusation consulté par l'AFP.

Les faits se seraient répétés dans la nuit du 2 au 3 décembre 2011, dans le même appartement, tandis que la victime dormait.

Plusieurs experts ont évoqué l'hypothèse d'un acquittement, au bénéfice du doute.

- Académie en ruine -

Une enquête interne a établi que plusieurs académiciennes, conjointes ou filles d'académiciens, avaient elles aussi subi "l'intimité non désirée" et les comportements "inappropriés" de l'accusé.

Selon une enquête du quotidien Svenska Dagbladet, Jean-Claude Arnault est né en 1946 à Marseille de parents réfugiés russes. Il serait arrivé en Suède à la fin des années 1960 pour étudier la photographie.

Dans un entretien avec Dagens Nyheter en 2006, il affirmait être monté sur les barricades parisiennes en mai 1968. "L'étincelle a été l'interdiction faite aux étudiants de partager les chambres des étudiantes", se souvenait-il.

Il se vantait d'être le "19e membre" de l'Académie. Selon des témoins, il soufflait le nom des futurs lauréats du Nobel à ses amis.

L'affaire a mis au jour le fonctionnement opaque de l'Académie, une riche institution privée fondée en 1786 sur le modèle de son homologue française, ses conflits d'intérêts, ses jeux d'influence et la "culture du silence" qui y régnait.

Huit académiciens se sont mis en congé provisoire ou définitif, dont la secrétaire perpétuelle Sara Danius. L'attribution du Nobel de littérature 2018 a été reportée à l'année suivante et le prestigieux conclave, en ruine, s'efforce depuis de se reconstruire.

L'Académie doit élire dans les mois à venir de nouveaux membres, qui devront lire des dizaines d'auteurs parmi lesquels ils désigneront deux lauréats de ce prix Nobel, 2018 et 2019.

Le procès se poursuit jeudi et lundi, toujours à huis clos. Le jugement devrait être mis en délibéré.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.