Un détenu fiché S s'évade lors d'un transfert à l'hôpital de Brest

Un détenu fiché S s'évade lors d'un transfert à l'hôpital de Brest
Anthony Pondaven a échappé à son escorte à sa descente du véhicule de transfert dans l'enceinte de l'hôpital Morvan à Brest.

leparisien.fr, publié le mercredi 16 mai 2018 à 20h52

Un détenu connu pour radicalisation a réussi à s'évader ce matin à Brest. Il était toujours recherché ce soir. Un de ses deux complices s'est rendu.

La scène a duré quelques secondes. Ce mercredi matin, peu avant 9 heures, Anthony Pondaven, 21 ans, un détenu fiché S par la DGSI pour radicalisation religieuse, et incarcéré à la prison de l'Hermitage à Brest (Finistère) s'est évadé grâce à des complices.

Alors qu'il venait d'être extrait de l'établissement pénitentiaire vers l'hôpital Morvan pour une consultation médicale, le détenu a réussi à échapper à son escorte à sa descente du véhicule dans l'enceinte de l'hôpital. Un agent a réussi à le plaquer au sol mais le fuyard s'est dégagé pour courir vers une Peugeot 306 qui l'attendait « avec deux complices à bord », selon le syndicat national pénitentiaire Force Ouvrière.

Important dispositif de recherches

La voiture a ensuite défoncé la barrière de l'hôpital -qui se trouve en plein centre-ville près de la mairie et du commissariat - avant de disparaître. Un important dispositif de police et de gendarmerie a été mis en place et un Plan immédiat d'intervention, autrefois appelé « Plan Epervier », a été déclenché. Ce soir, selon nos informations, le conducteur de la voiture s'est rendu de lui-même aux forces de l'ordre. Le fuyard et le second complice sont toujours recherchés.

Anthony Pondaven est fiché S pour radicalisation. / Brest/DR

En détention provisoire depuis novembre 2017 pour des faits de vol aggravé, Anthony Pondaven, Brestois de 21 ans, qui cumule déjà une vingtaine de mentions à son casier judiciaire. « Depuis longtemps bien connu de la Justice », d'après le parquet, cet individu originaire de Landerneau (Finistère) a, par le passé, été condamné « pour des délits de droit commun »(violences, vols, cambriolages).

«La loi d'Allah bientôt de retour»

Vraisemblablement radicalisé en prison, il affiche aussi une présence sur les réseaux sociaux. Sur l'un de ses comptes Facebook, où il paraît peu actif depuis 2016, celui qui se définit comme un « serviteur d'Allah » affiche en profil des messages tels que « svp encore un peu de patience, la loi d'Allah est bientôt de retour ». Selon nos informations, il pourrait avoir des contacts dans la zone irako-syrienne.

Force Ouvrière s'interroge sur l'extraction « faiblement encadrée » d'Anthony Pondaven : « Comment expliquer que ce détenu connu n'ait pas été pris en charge par une escorte de police en plus des personnels pénitentiaires ? ». Quant à l'Union fédérale autonome pénitentiaire (Ufap), ils indiquent que l'escorte pénitentiaire n'était « pas armée » au moment des faits. Le parquet de Brest, qui ne s'est pas exprimé officiellement affirme l'inverse. « Les propos des syndicats et la médiatisation de cette affaire pourraient bien déclencher des vagues de panique et nuire aux recherches », a-t-on tout de même déclaré.

Enquête de l'administration pénitentiaire

« Cet incident est pris très au sérieux », précise une source au sein de l'administration pénitentiaire. « Une enquête interne a été diligentée, et une demande d'explication a été faite aux agents en charge de cette escorte, afin de faire toute la lumière sur cet événement ». De même source, on indique qu'il n'y a pas d'augmentation du nombre d'évasions en France. Six ont eu lieu depuis le début de l'année, 16 l'année dernière. La maison d'arrêt de Brest, elle, a connu nombre d'évasions ces dernières années ; souvent lors de stages, de permissions de sortie, d'hospitalisations ou de placement en établissement psychiatrique.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.