Un camion volé fonce sur des voitures en Allemagne, le conducteur incarcéré

Chargement en cours
Un poids lourd utilisé pour foncer dans des voitures à Limburg (Allemagne) le 7 octobre 2019
Un poids lourd utilisé pour foncer dans des voitures à Limburg (Allemagne) le 7 octobre 2019
1/3
© AFP, Thorsten Wagner, dpa

AFP, publié le mardi 08 octobre 2019 à 20h34

La justice allemande a incarcéré mardi soir pour "tentative de meurtres" un Syrien qui a blessé huit personnes en fonçant sur des voitures à bord d'un camion volé, mais reste dans l'incertitude quant à ses motivations.

Piste terroriste ? Problème psychiatrique ? Acte lié à son statut de migrant en situation irrégulière ? Le parquet de Francfort a dit l'avoir inculpé et placé en détention provisoire mais affirmé qu'il était encore "trop tôt" pour se prononcer sur ses intentions. L'enquête se poursuit "dans toutes les directions".

S'ils n'excluent pas formellement la piste d'un attentat, évoquée par plusieurs médias, les enquêteurs n'ont pas pour le moment fourni d'éléments en ce sens. Le parquet antiterroriste a de son côté déclaré à l'agence de presse allemande DPA qu'il ne voyait encore aucune raison de se saisir de l'affaire.

Les policiers ont perquisitionné à deux domiciles dès lundi soir, dans l'arrondissement où vit le suspect et à proximité du carambolage. Ils y ont saisi des téléphones portables et des clés USB.

- Pas de connexion islamiste -

Selon des "sources proches des services de sécurité" citées par DPA, le conducteur du camion volé est arrivé en 2015 en Allemagne, au plus fort de l'afflux de centaines de milliers de personnes fuyant la guerre et la misère.

Il n'était pas armé au moment des faits, selon la police et le parquet, et n'a "aucune relation établie à ce stade avec les milieux islamistes disposés à la violence", a précisé le ministre régional de l'Intérieur, Peter Beuth, dans un communiqué.

Après avoir bénéficié d'un statut provisoire de réfugié, il était en situation irrégulière depuis le 1er octobre 2019, écrit l'hebdomadaire Der Spiegel. Il était en outre connu de la police pour une bagarre avec des membres de sa famille remontant à 2008 et pour avoir été arrêté avec 2,9 grammes de haschich sur lui.

Lundi vers 17H20 heure locale (15H20 GMT), il a "violemment" sorti de sa cabine le chauffeur d'un semi-remorque et quelques centaines de mètres plus loin, "sans freiner", a percuté sept voitures et une camionnette patientant à un feu rouge face au palais de justice de Limburg.

La collision a fait neuf blessés légers, dont le voleur du camion.

Interrogé dans le quotidien local Frankfurter Neue Presse, le chauffeur habituel du poids lourd a raconté avoir vu cet homme barbu aux cheveux ras, le regard "fixe et peut-être sous l'influence de la drogue", ouvrir la porte de son véhicule alors à l'arrêt.

- "Tiré hors du camion" -

"Je lui ai demandé : +Qu'est-ce que tu veux de moi ? Mais il n'a pas dit un mot. Je lui ai reposé la question et il m'a tiré hors du camion+", raconte le routier, qui dit avoir couru derrière son véhicule.

Le nez et les mains en sang, le pantalon déchiré, le suspect a été entouré après la collision par un groupe de policiers en plein jogging, allés lui administrer les premiers soins, raconte DPA.

Mais en l'entendant prononcer plusieurs fois le mot "Allah", le petit groupe a décidé de le maîtriser, avant de le remettre aux forces d'intervention spéciales, selon la police.

Interrogé sur l'éventualité d'un attentat ayant visé cette ville de 35.000 habitants proche de Francfort, le ministre de l'Intérieur Horst Seehofer a répondu ne pouvoir "rien dire, pour l'instant, sur la façon dont cet acte doit être qualifié".

Les autorités allemandes sont sur le qui-vive après plusieurs attaques jihadistes ces dernières années. La plus meurtrière a été commise en décembre 2016, lorsqu'un Tunisien, Anis Amri, a foncé sur un marché de Noël de Berlin au volant d'un camion volé, tuant douze personnes.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.