Un bâtiment de la police visé par des tirs à Lyon

Un bâtiment de la police visé par des tirs à Lyon

Un projectile a touché également un véhicule de police stationné aux abords de l'immeuble. (Illustration)

leparisien.fr, publié le vendredi 13 avril 2018 à 23h41

Le bâtiment lyonnais a été visé ce jeudi et ce vendredi, en pleine journée.

Des stores baissés jusqu'à nouvel ordre. C'est la consigne donnée par l'état-major policier aux fonctionnaires travaillant dans l'immeuble « Le Gouverneur », à Lyon (Rhône). Un bâtiment visé par plusieurs tirs d'armes à feu ce jeudi et ce vendredi, en pleine journée.

« Devant les incidents survenus depuis la journée d'hier, matérialisés par des impacts de balles, confirmés par l'identité judiciaire [...], il vous est demandé de baisser immédiatement par mesures de sécurité les stores de ces bureaux, et ce jusqu'à nouvel ordre », a ainsi ordonné hier la direction de la PAF, via une note dont nous avons eu connaissance.

Dans ce bâtiment moderne du troisième arrondissement, situé au carrefour des rues André Philip et de la Part Dieu, sont hébergés plusieurs services de police. D'abord le SGAMI, le secrétariat général pour l'administration du Ministère de l'Intérieur sud-est, en charge de la logistique, mais aussi la direction zonale de la Police aux frontières (PAF).

« Un projectile de nature indéterminée a impacté deux vitres »Une première fois, en milieu de journée jeudi, un tireur aurait pris pour cible la façade du bâtiment. « Le tir n'a pas été entendu en tant que tel, précise un policier. Mais un impact a clairement été identifié par un de nos collègues sur l'une des vitres, qu'il faudra dater. »

« Un projectile de nature indéterminée a impacté deux vitres », explique le service communication de la Direction départementale de la sécurité publique du Rhône. En fait de projectile indéterminé, c'est d'une balle qu'il s'agit, comme nous l'ont confirmé plusieurs sources proches du dossier, vraisemblablement de calibre 22 long rifle.

« C'est d'abord un bureau du quatrième étage qui a été touché, détaille l'une de ces sources. Sans que la balle ne pénètre à l'intérieur. » Au même moment, un véhicule de police stationné aux abords du bâtiment était également frappé, sans que l'on sache s'il s'agissait du même projectile qui aurait ricoché, ou d'une balle distincte. Alors qu'une enquête préliminaire était confiée au commissariat local, des agents de police technique et scientifique ont été dépêchés sur place pour les premières constatations balistiques. Qu'ils ont dû effectuer à nouveau ce vendredi.

« Aujourd'hui nous avons vécu dans l'obscurité avec les stores baissés »En milieu de journée ce vendredi, un nouveau tir a visé cette fois la salle de repos des agents de la Police aux frontières, située au deuxième étage. « Sans être traversant », précise cette source. « Quand j'ai quitté l'immeuble il y avait une patrouille postée devant. Ça fait peur. Je n'ai pas entendu les tirs mais désormais ça va être compliqué de travailler sereinement. Aujourd'hui nous avons vécu dans l'obscurité avec les stores baissés. »

Pour l'instant, aucune piste n'est privilégiée, alors qu'aucune menace récente n'avait été relevée contre ce bâtiment en particulier ou ses agents. Les immeubles attenants devraient toutefois faire l'objet d'une attention particulière des enquêteurs.

Le « Gouverneur » avait fait l'objet, ces dernières années, de plusieurs travaux de sécurisation, notamment d'une amélioration des portiques de sécurité et du système de badge.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.