Trois policiers condamnés à cinq mois avec sursis pour des violences sur des adolescents

Trois policiers condamnés à cinq mois avec sursis pour des violences sur des adolescents
Trois policiers ont été condamnés mercredi par le tribunal correctionnel à cinq mois de prison avec sursis pour des violences sur deux adolescents, une fille et un garçon, en 2014 et 2015 à Paris. 

AFP, publié le mercredi 04 avril 2018 à 11h59

Trois policiers ont été condamnés mercredi par le tribunal correctionnel à cinq mois de prison avec sursis pour des violences sur deux adolescents, une fille et un garçon, en 2014 et 2015 à Paris. 

Un quatrième policier a en revanche été relaxé "en l'absence d'éléments de preuves suffisants". Le parquet avait requis entre trois et cinq mois de prison avec sursis contre les trois prévenus. Tous appartenaient à la Brigade de soutien des quartiers du XIIe arrondissement.

Le jeune homme, Yassine, accusait l'un d'eux de lui avoir donné une gifle après l'avoir amené "sans raison" au commissariat et un autre de lui avoir donné un coup au visage, six mois plus tard. 

Julie, âgée de 14 ans au moment des faits, en juillet 2015, a raconté avoir été aspergée de gaz lacrymogène et frappée à la cuisse avec une matraque. Les policiers étaient intervenus parce que des jeunes écoutaient de la musique à un volume élevé sur la voie publique. 

Yassine et Julie ont fourni photos et certificats médicaux lors du procès en février. Les violences avaient entrainé une incapacité inférieure à huit jours.

"L'usage de la force était illégitime", a déclaré la présidente du tribunal à la lecture du jugement. "Les policiers devaient avoir un comportement irréprochable", a-t-elle souligné, en rappelant qu'ils exerçaient "dans un quartier dit +sensible+".

Les trois policiers devront chacun verser 2.000 euros aux victimes, au titre du préjudice moral. La condamnation sera inscrite à leur casier judiciaire. 

"C'est une peine juste qui souligne que les policiers ne peuvent pas agir en toute impunité", a réagi auprès de l'AFP une des avocates des victimes, Anaïs Mehiri.

"Les policiers ne peuvent pas se comporter comme des délinquants. (...) On espère que cette décision contribuera à un changement de culture", a renchéri son confrère, Me Slim Ben Achour. "Ce procès était celui de la violence ordinaire de la part de policiers qui devraient être là pour garantir les droits."

Ces violences avaient été retenues par le parquet de Paris sur un ensemble de 44 faits dénoncés le 17 décembre 2015 par 18 mineurs et jeunes adultes dans une plainte collective visant onze fonctionnaires de police. Il était question, entre autres, d'agressions verbales, physiques et sexuelles lors de contrôles d'identité, d'arrestations arbitraires ou de discrimination.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.