Trente-six ans après un accident de la route, une victime touche 5 millions d'euros d'indemnité

Trente-six ans après un accident de la route, une victime touche 5 millions d'euros d'indemnité
Une statue de la justice à Rennes, le 19 mai 2015.

Orange avec AFP-Services, publié le mardi 14 mai 2019 à 15h29

L'histoire de Michel Monsacré a commencé le 17 octobre 1982, quand ce patron d'une société d'importation de matériel de pêche est victime d'un chauffard.

"Je me bats depuis 36 ans. Tente-six ans, vous vous rendez compte..." L'incrédulité s'est mêlée au soulagement, lundi 13 mai, quand Michel Monsacré a appris la décision de la cour d'appel de Paris.

Les juges lui ont octroyé 4,5 millions d'euros d'indemnité en réparation d'un accident de la circulation dont il avait été victime en 1982.

"Il y a 3,5 millions d'euros pour le préjudice subi par mon entreprise, un million pour moi", a détaillé au Parisien cet homme aujourd'hui âgé de 72 ans. En comptant les intérêts sur dix ans, cela fait un peu plus de 5 millions d'euros, a précisé l'un de ses avocats.



L'histoire de Michel Monsacré a commencé le 17 octobre 1982, quand ce patron d'une société d'importation de matériel de pêche est victime d'un chauffard. Ce dernier, roulant trop vite et sans respecter les priorités le percute violemment et lui inflige de sérieuses séquelles physiques, neurologiques et psychiatriques. "Cet homme a failli m'envoyer au cimetière et cet accident a gâché ma vie professionnelle et personnelle", a estimé Michel Monsacré, qui n'a jamais plus pu diriger son entreprise.

La suite de l'histoire est un long combat judiciaire, fait d'expertises médicales et de contre-expertises. Il aura fallu attendre 23 ans pour qu'un neuropsychiatre de renom, en 2005, soutienne que ses séquelles sont liées à l'accident, que son taux d'incapacité permanente est de 45% (contre 15% initialement) et qu'il était incapable de travailler, rappelle Le Parisien.

En mars 2017, la justice avait déjà donné raison à Michel Monsacré, en condamnant l'assureur du conducteur responsable de l'accident à lui verser 396.000 euros. Une somme insuffisante pour l'ex-patron, qui avait fait appel. "Et maintenant ? C'est la grande question, s'est interrogé Michel Monsacré. Cette décision va me faire du bien moralement, c'est sûr."

 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.