Toumany Coulibaly: une 13e condamnation pour l'athlète français,

Toumany Coulibaly: une 13e condamnation pour  l'athlète français,

Toumany Coulibaly (au centre) après sa victoire au 400 m (C) aux championnats de France indoor à Aubiere (Puy-de-Dome), le 22 février 2015

AFP, publié le vendredi 06 avril 2018 à 21h12

Il n'a jamais pu s'arrêter de courir après les cambriolages: Toumany Coulibaly, ancien champion de France du 400m en salle, a été condamné vendredi à 30 mois de prison ferme pour une énième série de vols.

À 30 ans, c'est la treizième condamnation pour cet ancien espoir de l'athlétisme français. La dernière remontait à mai, déjà pour un cambriolage.

"La Flèche de Montgeron" - son club de l'Essonne - comparaissait notamment pour un flagrant-délit en novembre 2016. Il est en prison depuis lors.

Le sprinteur multirécidiviste avait replongé trois mois après les Jeux Olympiques de Rio, desquels il avait été écarté malgré de bonnes performances. 

En cette nuit de novembre, le coureur sait qu'il ne peut pas fuir: il a été opéré des genoux récemment. Pourtant, avec trois complices, il vide le stock de smartphones d'un hypermarché de Sainte-Geneviève-des-Bois. 

Prévenue par le vigile du magasin, que l'athlète a soudoyé pour connaître l'emplacement des caméras, la police arrête l'athlète. 

Pour gagner la confiance du vigile, le sportif s'était vanté d'avoir commis un autre cambriolage dans le même hypermarché en 2014, révélant un "sentiment d'impunité", selon la procureure. Les voleurs étaient repartis avec 97.000 euros de marchandise du rayon technologies, l'affaire n'avait jamais été résolue. 

"Je n'ai rien à voir avec ce vol. J'en ai eu des échos et je les ai répétés", a juré le prévenu. Avec un niveau de détails troublant, a souligné la procureure.

Les indiscrétions du sportif provoquent des écoutes, qui suggèrent sa complicité dans un troisième cambriolage, commis chez un particulier fin octobre 2016 à Marolles-en-Hurepoix. La victime était le frère d'une infirmière, brièvement séduite par l'athlète.

"Envoyer des gens voler à ma place, c'est pas mon style", a réfuté le sprinteur, reconnaissant uniquement le flagrant-délit dans l'hypermarché.

Le procès a offert une nouvelle plongée dans la psyché de Toumany Coulibaly : un garçon qui a commencé à voler "dès la sixième" et qui en "éprouve du plaisir", selon une expertise psychologique. Un homme qui débute l'athlétisme à 22 ans, capable de commettre un casse le soir-même d'un sacre de champion de France et qui a encore trois procès pour vols à venir.

"Tout ça, c'est terminé. (...) Je veux être là pour ma femme et mes enfants", a juré l'athlète qui consulte un psychologue chaque semaine en prison et espère un aménagement de peine. 

Une repentance "au goût de réchauffé": les précédents aménagements n'ont jamais empêché la récidive, a rétorqué la procureure. Le tribunal a suivi ses réquisitions.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.