Toulouse : affrontements avec la police dans le quartier de la Reynerie

Toulouse : affrontements avec la police dans le quartier de la Reynerie

Les violences auraient débuté vers 20 heures à La Reynerie.

leparisien.fr, publié le lundi 16 avril 2018 à 13h47

Des heurts ont opposé des habitants aux forces de l'ordre dimanche soir après la mort d'un détenu originaire du quartier.

C'est la mort d'un détenu qui aurait déclenché les affrontements. Dimanche soir, des habitants de la cité de la Reynerie, à Toulouse (Haute-Garonne), ont violemment affronté les forces de l'ordre, rapporte La Dépêche.

Les violences ont débuté vers 20 heures avec des jets de projectiles. Dix voitures et un engin de chantier ont été brûlés, selon le bilan d'actuToulouse et des feux ont été allumés sur la chaussée. Les pompiers ont peiné à accéder au quartier qui avait été bouclé.

Le commissariat du Mirail, à quelques centaines de mètres de la Reynerie, a été pris pour cible dans la soirée « au cocktail Molotov » et des voitures sérigraphiées ont été dégradées, a détaillé Sébastien Pelissier, secrétaire départemental adjoint chez Alliance, auprès d'actuToulouse.

Pas de blessé

Ces incidents n'ont « fait aucun blessé » et n'ont donné lieu à « aucune interpellation », a expliqué le commissaire Arnaud Bavois, Directeur départemental de la sécurité publique (DDSP).

Au total, plus de cent policiers, CRS et gendarmes ont été mobilisés pour ramener le calme. Un hélicoptère de la gendarmerie a également survolé le quartier.

Dans la nuit de samedi à dimanche, un homme d'une trentaine d'années, originaire de La Reynerie, est décédé à la maison d'arrêt de Seysses. Des rumeurs selon lesquelles des gardiens de prison étaient à l'origine de ce décès ont circulé, déclenchant la colère des jeunes du quartier. Cependant, selon Arnaud Bavois, le trentenaire est décédé «à la suite d'un suicide dûment constaté par le parquet».

Classé en zone de sécurité prioritaire, le quartier de la Reynerie est régulièrement le théâtre de violences, comme en août dernier, lorsqu'un homme déguisé en femme avait abattu une personne à la Kalachnikov.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.