Tortures en groupe aux assises de la Somme: de 10 ans de prison à la perpétuité requis

Tortures en groupe aux assises de la Somme: de 10 ans de prison à la perpétuité requis

des peines allant de dix ans de prison à la perpétuité ont été requises lundi devant les assises de la Somme contre cinq personnes accusées de tortures et séquestration suivies de mort entre 2011 et 2012

AFP, publié le lundi 26 mars 2018 à 18h08

"Le plaisir d'infliger les pires souffrances": des peines allant de dix ans de prison à la perpétuité ont été requises lundi devant les assises de la Somme contre cinq personnes accusées de tortures et séquestration suivies de mort entre 2011 et 2012.

Christophe Rambour, séquestré dans deux maisons de Villers-Faucon et Longueau (Somme) entre septembre 2011 et janvier 2012, a été torturé par son groupe d'amis, avant de succomber dans des circonstances inconnues.

Car le principal accusé, Na Rin Bun, 34 ans, et son beau-frère Gilles Lefèvre, 33 ans, ont détruit le corps en le découpant et en le brûlant, rendant les constatations de médecine légale impossibles.

"On a juste eu le plaisir, des heures durant, des jours durant, d'asservir un homme, de lui infliger les pires souffrances, de lui ôter son humanité", a dénoncé l'avocate générale Anne-Laure Sandretto dans son réquisitoire, alors que les accusés n'ont jamais vraiment livré leurs motivations depuis l'ouverture du procès le 13 mars. 

Contre Na Rin Bun, soupçonné d'être le principal instigateur de la mécanique collective de tortures, elle a requis la perpétuité, assortie d'une période de sûreté de 22 ans, au seul terme de laquelle il pourrait sortir de prison.

Brûlures au torse, coups, entailles aux pieds et mains, cigarettes allumées à avaler, excréments à manger: Na Rin Bun est "celui qui a orchestré les sévices, et a fait preuve d'ingéniosité pour inventer de nouvelles tortures", a martelé la magistrate.

Na Rin Bun conteste avoir participé aux tortures, et ses avocats ont rappelé que la connaissance des faits ne reposait que sur les témoignages de ses co-accusés. "Si Christophe Rambour était séquestré, pourquoi le fait-on essayer une voiture de sport en janvier?", a questionné Me Arnaud Ehora, son avocat.

"Est-ce que ce n'est pas la façon de se débarrasser du corps qui colore les réquisitions?", a critiqué son autre avocat Me Arnaud Godreuil, estimant ainsi que la destruction du corps avait alourdi le réquisitoire de la magistrate.

Contre Gilles Lefèvre, la magistrate a requis 25 ans de prison assortis d'une période de sûreté aux deux tiers. "Il est le seul à avoir fait preuve de repentir, à avoir été hanté moralement. Mais il a aussi participé aux sévices les plus graves", a estimé Anne-Laure Sandretto.

- "Moins qu'un chien" -

Pour son avocat Me Stéphane Daquo, Gilles Lefèvre, "dépassé par le groupe", "est celui qui a le plus de remords (...). J'ai vu ce type vomir ce qu'il était devenu".

Sa compagne Nari Bun, soeur de Na Rin, a été, "avec des propos particulièrement injurieux, capable de demander beaucoup de choses", et d'infliger des coups, a continué l'avocate générale, requérant 25 ans à son encontre. "Oui elle est dominatrice, mais c'est pour masquer ses faiblesses, selon l'expert psychologue", a fait valoir son avocat Me Pierre-Henri Delarue.

La magistrate a également réclamé 15 ans contre Na Vin Bun, le petit frère, capable selon les témoignages de coups mais aussi de jouer à des jeux vidéo alors que Christophe Rambour dormait au sol, non loin. Avec l'éducation de ses parents cambodgiens, il a été habitué à se conformer aux "aînés", aux violences qui seraient prises comme autant de "leçons", a souligné son avocate Me Nathalie Moreau, qui a demandé l'acquittement.

Enfin, 10 ans de prison ont été requis contre la compagne de Na Rin Bun, Coralie Sauval, accusée non pas de sévices mais de non-dénonciation du crime. "Elle a eu la force de s'arracher au sévère giron familial pour vivre avec Na Rin Bun", mais devant des tortures, "elle ne serait pas capable de le faire?", s'est interrogée Mme Sandretto.

"Pris isolément, certains comportements peuvent être vus comme de simples violences, mais c'est le traitement global qui doit être jugé: faire de Christophe Rambour moins qu'un chien", a cinglé l'avocate générale.

Les plaidoiries de la défense devaient suivre dans la journée, avant que le verdict ne soit rendu, probablement mardi.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
10 commentaires - Tortures en groupe aux assises de la Somme: de 10 ans de prison à la perpétuité requis
  • Encore une fois, des peines dérisoires, face a la cruauté des faits !!

  • Il y a de plus en plus de cinglés. Le problème, c'est qu'ils sont ingérables inconscients de leur actes, et qu'ils ne savent même pas expliquer pourquoi ils font ça. Mais la société doit les subir...

  • la perpétuité pour tout ces gens là , les bourreaux n'ont pas à sortir de prison

  • Arrêtez d'employer le terme de perpétuité!!!! il y a longtemps que plus personne ne purge une peine à son terme, c'est par ailleurs bien dommage car certains n'auraient pas l'occasion de recommencer leur crime.

  • Ces gens là son des monstres !! La prison oui ...mais a Vie !!!