Strasbourg : un détenu s'adonnait à des cambriolages pendant ses autorisations de sortie

Strasbourg : un détenu s'adonnait à des cambriolages pendant ses autorisations de sortie
Une porte de la prison de Strasbourg, le 8 mars 2017

Orange avec AFP, publié le samedi 02 septembre 2017 à 10h20

Rien ne l'arrête. Un détenu de la prison de Strasbourg est soupçonné d'avoir organisé des casses depuis sa cellule, selon une information de 20 Minutes.

Il pourrait être à l'origine d'une dizaine de cambriolages commis entre novembre 2016 et juin 2017.

Toutes les dates des infractions correspondent à ses autorisations de sortie. Un homme de 41 ans, écroué à Strasbourg, pourrait avoir profité des rares moments de liberté qui lui étaient accordés pour se mettre quelques billets dans la poche. Ces derniers temps, la banlieue strasbourgeoise a été le théâtre de mystérieux cambriolages. En sept mois, pas moins de huit effractions ont été recensées dans la commune d'Illkirch. À chaque fois, les malfrats privilégiaient des cabinets médicaux ou des entreprises, d'où ils repartaient généralement avec de l'argent liquide et du matériel informatique.

Peu à peu, les soupçons se sont portés sur un homme en particulier. Problème : il est incarcéré dans un établissement pénitentiaire de la région. Puis les enquêteurs ont fait le rapprochement avec les permissions de sortie de l'individu. "Nous nous sommes en réalité rendu compte qu'il bénéficiait d'une autorisation de sortie sous bracelet électronique", explique le commandant-divisionnaire Jean-Luc Ludwig, interrogé par 20 Minutes.



- JUMEAU IMAGINAIRE -

Confronté aux enquêteurs, l'homme a nié toute implication. "Lorsqu'on lui a montré les photos de la vidéosurveillance, il a expliqué qu'il avait un jumeau qui avait exactement les mêmes empreintes que lui", raconte le commandant-divisionnaire. Un jumeau dont l'existence n'a pas été prouvée. Le suspect devait être jugé fin août en comparution immédiate mais il a demandé un délai. Il comparaîtra le 3 octobre devant le tribunal correctionnel.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.