Soudan: l'un des cinq lions mal-nourris meurt dans un parc zoologique

Soudan: l'un des cinq lions mal-nourris meurt dans un parc zoologique
Une lionne mal-nourrie dans sa cage au parc d'Al-Qureshi à Khartoum au Soudan, le 19 janvier 2020

, publié le lundi 20 janvier 2020 à 15h50

L'un des cinq lions d'Afrique malades et mal-nourris vivant en captivité dans un parc zoologique de Khartoum est mort lundi, selon un responsable, au moment où de nombreux appels circulent sur les médias sociaux au Soudan pour sauver les fauves. 

La lionne, qui était nourrie par perfusion depuis plusieurs jours, est décédée tôt lundi, a déclaré à l'AFP Issameddine Hajjar, un responsable du parc d'Al-Qureshi, où les fauves souffrent depuis des semaines de manque de nourriture et de médicaments. 

"Une des deux lionnes malades est morte aujourd'hui (...). Hier, le docteur leur a donné des médicaments, puis elles ont été nourries", a dit M. Hajjar. 

La santé de l'"une s'est améliorée mais l'autre est morte. Nous faisons à présent un diagnostic pour connaître les causes du décès". 

Selon des responsables du parc - qui dépend principalement des subventions de la municipalité - et des vétérinaires, l'état de santé des cinq animaux s'est détérioré ces dernières semaines et certains ont perdu deux tiers de leur masse corporelle. 

Dimanche, M. Hajjar avait affirmé à l'AFP que les responsables du parc achetaient de la nourriture avec leur propre argent pour nourrir les lions. 

Une campagne avec le hashtag #Sudananimalrescue ("sauver les animaux du Soudan") est devenue virale sur Facebook, attirant dimanche de nombreux citoyens, volontaires et journalistes dans le parc zoologique. 

Le nombre de lions au Soudan n'est pas connu, mais plusieurs sont réunis au parc de Dinder, à la frontière avec l'Ethiopie. 

Les lions sont une espèce "vulnérable", selon l'Union internationale pour la conservation de la nature. Leur population en Afrique a baissé de 43% entre 1993 et 2014 et seulement 20.000 survivent aujourd'hui. 

Un an et un mois après le début d'un soulèvement contre le président Omar el-Béchir, destitué en avril, le Soudan affronte une grave crise économique, en partie alimentée par 20 ans d'embargo américain (1997-2017), en raison de son soutien présumé à des groupes islamistes. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.