Seine-Saint-Denis : un homme armé d'un couteau abattu par la police

Seine-Saint-Denis : un homme armé d'un couteau abattu par la police
Photo d'illustration.

, publié le mercredi 15 avril 2020 à 18h25

L'homme muni d'un couteau se serait "jeté" sur les fonctionnaires qui ont fait usage de leurs armes.

Des coups de feu ont été entendus dans un parc de La Courneuve en Seine-Saint-Denis, dans l'après-midi du mercredi 15 avril.


Vers 16h30, des policiers qui patrouillaient à cheval dans le parc départemental de La Courneuve, ont demandé à un homme, qui s'y trouvait malgré l'interdiction, de quitter les lieux et ont appelé en renfort une brigade d'agents à vélo, ont expliqué des sources proches de l'enquête.

L'homme armé "long couteau" a alors "menacé" et s'est "jeté" sur les policiers, a indiqué la Préfecture de Police de Paris. Un fonctionnaire voulant éviter l'agression a chuté au sol et a été légèrement blessé a l'épaule.

Les policiers ont tiré à "plusieurs reprises", a précisé la préfecture. Selon les premières constatations, l'homme a été touché par au moins trois tirs, au niveau de l'abdomen et de la tête. 

Le parquet de Bobigny, qui s'est rendu sur place, a ouvert une enquête confiée à la police judiciaire du département et à l'Inspection générale de la Police nationale (IGPN). Une autopsie doit être pratiquée jeudi 16 avril sur le corps de la victime, a ajouté le parquet.L'homme, âgé de 25 ans, est "a priori né en Afghanistan" et "avait un titre de séjour", a indiqué à l'AFP le parquet de Bobigny. Il était domicilié à Saint-Denis.

Le parquet national antiterroriste (PNAT) a de son côté précisé être en "phase d'évaluation" pour savoir s'il se saisissait de l'enquête. Mais, selon les premiers éléments, l'homme n'a "a priori pas tenu de propos à caractère terroriste", a dit une source policière.

Début avril, un réfugié soudanais de 33 ans a été mis en examen pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste" pour une attaque au couteau qui a fait deux morts à Romans-sur-Isère (Drôme). 
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.