Seine-Saint-Denis : poursuivi par trois voitures, un bus finit dans le fossé

Seine-Saint-Denis : poursuivi par trois voitures, un bus finit dans le fossé
Une voiture de police à Lesquin, le 21 octobre 2014.

Orange avec AFP, publié le vendredi 22 juin 2018 à 18h42

Les poursuivants ne se sont dispersés qu'à l'arrivée du service de sécurité.

Un bus de la ligne 618 a été poursuivi mercredi par trois voitures entre Sevran et Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, avant de finir sa course dans un fossé, rapporte jeudi 21 juin Le Parisien.

Tout a commencé par une altercation entre le chauffeur de bus et un automobiliste à Sevran. Le premier aurait involontairement coupé la route au second.

"Ils sortait de son arrêt lorsqu'il a été pris à partie, d'abord verbalement, puis physiquement par la poursuite de trois voitures", indique au Parisien la société Transdev, qui gère le service de bus.



"Un automobiliste a interpellé le chauffeur, l'a insulté en lui demandant de descendre du bus, mais le chauffeur a dit qu'il n'avait pas le temps, a fermé sa fenêtre et continué son chemin", a expliqué au Parisien une passagère ayant assisté à la scène. Mais les choses n'en sont pas restées là. "Le conducteur nous a prévenus qu'il déviait de son itinéraire et qu'il était obligé de faire un tour en attendant l'arrivée de la sécurité", a-t-elle encore raconté.

UNE DEUXIÈME VOITURE, PUIS UNE TROSIÈME

Sur son trajet, une deuxième voiture qui vient de se joindre à la chasse le force à faire demi-tour. Puis une troisième. "Le bus est monté sur un trottoir puis il s'est retrouvé pris en sandwich, et il a basculé sur le côté", s'est souvenue la passagère.

"Un groupe de garçons est arrivé à la porte et du côté de la fenêtre du chauffeur, en l'insultant et en tapant à la vitre, ils sont entré, le bus basculait, j'ai eu très peur", a-t-elle encore raconté. Enfin, la sécurité est arrivé et les assaillants sont partis en courant. Choqué, le chauffeur de bus a été pris en charge par les secours. La police scientifique a procédé à des relevés dans la nuit, a indiqué Le Parisien.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.