Sciences Po Lille annule la conférence de Jean Lassalle

Sciences Po Lille annule la conférence de Jean Lassalle
Jean Lassalle à l'Assemblée nationale le 25 octobre 2017.

Orange avec AFP, publié le jeudi 16 novembre 2017 à 17h40

Le député des Pyrénées-Atlantiques, accusé de harcèlement sexuel, était invité d'un débat pour parler de son travail d'élu rural. Certains étudiants s'opposant à sa venue - une pétition avait notamment été lancée -, l'événement a été annulé.

La direction de l'Institut d'études politiques (IEP) de Lille, ainsi que les organisateurs de la conférence, l'association étudiante l'Arène de l'IEP, ont décidé, mercredi 15 novembre, d'annuler la venue contestée de Jean Lassalle.

L'association Bon chic bon genre (BCBG), qui dit représenter "les personnes LGBTQI et les réflexions féministes à Sciences Po Lille" avait lancé une pétition en ligne pour condamner l'invitation du député sans parti.



"Nous avons décidé d'annuler la conférence, confirme au Figaro étudiant Maxime Maintier, le président de l'Arène de l'IEP. Cela prend trop d'ampleur et je suis seul responsable de ce que cette conférence se passe le mieux possible. Notre souhait était que celle-ci se tienne, mais sous les pressions conjointes d'associations comme BCBG, ou de la direction, nous sommes contraints d'annuler". "Dans un premier temps, nous avions appelé sa directrice de campagne avec qui nous avions convenu que Jean Lassalle pourrait évoquer ce sujet du harcèlement sexuel durant la première partie du débat. Lui ne souhaitait pas éluder la question. Il a toujours tenu à préciser qu'il répondrait à toutes les interrogations à son sujet", poursuit l'étudiant.

De son côté, la présidente de l'association BCBG, Clothilde Saunier, se "réjouit de cette décision" auprès du Figaro étudiant.

Une militante PCF, ancienne attachée parlementaire, a accusé Jean Lassalle, mi-octobre, de lui avoir "mis une main aux fesses (...) lorsqu'elle avait 25 ans". Ce que l'intéressé a démenti dans le journal Sud-Ouest, affirmant "ne pas connaître cette dame".

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU