Saint-Denis : quatre animateurs d'un centre de loisirs suspendus après des faits de violences sur une fillette

Saint-Denis : quatre animateurs d'un centre de loisirs suspendus après des faits de violences sur une fillette
(Photo d'illustration)

, publié le samedi 18 juillet 2020 à 10h21

Une vidéo diffusée sur Snapachat montrait un animateur pousser jusqu'à la faire tomber une petite fille de deux ans qui pleurait au moment de la sieste. L'homme en question a été suspendu par la mairie, ainsi que celui qui a tourné la vidéo, deux autres animateurs qu'ont voit assister à la scène sans rien faire, et également le directeur du centre de loisirs.




"C'est inacceptable et très choquant".

La ville de Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis, a annoncé vendredi 17 juillet avoir suspendu quatre de ses animateurs de centre de loisirs pour des faits de violences sur une petite fille de deux ans, rapporte France Bleu Paris. Des faits découverts grâce à trois vidéos diffusées sur Snapchat, dans lesquelles ont peut voir un animateur s'agacer contre une fillette de deux ans qui a du mal à s'endormir au moment de la sieste, jusqu'à la pousser et la faire tomber. 

"C'est inacceptable et très choquant", a réagi Frédéric Bonnot, le directeur de cabinet du maire de Saint-Denis, auprès de France Bleu. "Un animateur qui travaille dans le milieu de la petite enfance ne peut pas s'énerver contre une gamine qui n'arrive pas à faire la sieste !", a-t-il insisté.  

L'animateur en question a donc été suspendu, tout comme son collègue qui a filmé la scène et deux autre qu'ont voit assister à la scène sans rien faire, et également le directeur du centre de loisirs.

La Ville va par ailleurs mettre en place un suivi psychologique pour les enfants du centre dès lundi. Elle a également transmis les noms des animateurs aux parents de la petite fille et se dit prête à appuyer une plainte de la famille dans le cadre d'une constitution de partie civile. 

La municipalité dit aussi avoir ouvert une enquête administrative et signalé la situation à la direction départementale de la cohésion sociale.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.