Rodéos dans un clip: neuf mois ferme pour un rappeur lyonnais

Rodéos dans un clip: neuf mois ferme pour un rappeur lyonnais
Un rappeur lyonnais a été condamné mardi à 9 mois de prison ferme pour sa participation à des rodéos urbains lors du tournage de clips au printemps

publié le mercredi 25 août 2021 à 13h19

Un rappeur lyonnais a été condamné mardi à 9 mois de prison ferme pour sa participation à des rodéos urbains lors du tournage de clips au printemps, a-t-on appris mercredi auprès de son avocat.

Selon l'accusation, Mehdi Fiad, 30 ans, alias "Many GT", a organisé quatre rodéos avec des véhicules de luxe, des motos et des kartings dans les rues du 8e arrondissement et sur le périphérique de Lyon, entre le 14 février et le 17 juin.

"Le prévenu présente un risque de réitération majeur. Tous les signaux sont au rouge", avait argumenté la procureure Anne-Lise Furstoss lors de l'audience du 21 juillet, contre un homme comptant déjà quatorze mentions à son casier judiciaire. 

Le parquet avait alors requis l'exécution d'une peine précédente de neuf mois de détention, et le juge d'application des peines avait demandé la révocation d'un sursis de six mois, prononcé à la suite d'une condamnation pour infraction aux stupéfiants.

Mehdi Fiad a finalement été condamné à neuf mois de prison, soit six mois ferme et trois mois de révocation de sursis. Les faits visés ont été requalifiés en "complicité" pour trois rodéos, et il a été relaxé pour la détention d'armes, a détaillé son avocat Jérémie Brill, confirmant une information du Progrès.

A l'audience, le rappeur avait affirmé que le tournage de ces clips intitulés "Dalton 1 et 2", simulant l'exécution de Lucky Luke" à la suite d'une course-poursuite, n'avait donné lieu à aucun incident. "Je m'étais porté garant auprès de la police. J'avais présenté ma carte d'identité", avait-il expliqué 

"On juge un artiste. Il a une carrière artistique devant lui. Joey Starr a obtenu des César", avait alors plaidé Me Brill, qui n'a pas souhaité commenter ce jugement mercredi auprès de l'AFP.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.