République tchèque: six morts dans une explosion dans une usine chimique du groupe Unipetrol

Chargement en cours
 L'usine chimique de Kralupy-nad-Vltavou où six personnes ont été tuées et deux autres blessées dans une explosion, le 22 mars 2018 en République tchèque

L'usine chimique de Kralupy-nad-Vltavou où six personnes ont été tuées et deux autres blessées dans une explosion, le 22 mars 2018 en République tchèque

1/2
© AFP, Michal CIZEK

AFP, publié le jeudi 22 mars 2018 à 13h24

Six personnes ont été tuées et deux autres blessées dans une explosion survenue jeudi matin dans une usine chimique tchèque faisant partie de la raffinerie de Kralupy-nad-Vltavou (30 km au nord de Prague), ont annoncé les pompiers et les services d'urgence.

"Six corps ont été retrouvés sur place, il y a eu aussi deux blessés", a déclaré à l'AFP la porte-parole des pompiers de la région de Bohême centrale, Vladimira Kerekova.

"Une explosion qui n'a pas été suivie d'un incendie s'est produite dans un des réservoirs de la raffinerie de Kralupy-nad-Vltavou" du groupe tchèque Unipetrol, a annoncé sur twitter son porte-parole Pavel Kaidl.

"En ce moment, la situation est sous contrôle, il n'y a plus de danger", a-t-il ajouté. 

Les premières informations avaient situé l'explosion dans une usine faisant partie du groupe polonais Synthos.

"Concernant un événement survenu le 22 mars 2018 dans la zone industrielle à Kralupy-nad-Vltavou, Synthos S.A. déclare que cet événement n'a pas eu lieu sur les terrains appartenant à la société Synthos Kralupy", a indiqué la société polonaise dans un communiqué.

Cette explosion représente l'accident le plus grave par le nombre de morts survenu dans une usine en République tchèque depuis l'indépendance du pays en 1993.

La déflagration s'est produite selon Mme Kerekova lors des travaux de nettoyage dans un réservoir.

"L'explosion n'a pas été suivie d'un incendie", a-t-elle confirmé.

"La santé des habitants de Kralupy-nad-Vltavou n'est pas menacée", a de son côté déclaré Ales Levy, porte-parole de la mairie de cette ville industrielle de quelque 19.000 habitants.

Les premières informations faisaient état d'un grand nombre de blessés, poussant l'hôpital de Prague-Vinohrady, dont l'un des départements se spécialise dans le traitement des brûlures, à déclencher un plan d'urgence.

L'un des deux blessés, transportés dans cet hôpital, a subi des "blessures dévastatrices au visage" alors que l'autre souffre de brûlures sur 10% du corps, selon la porte-parole des services d'urgences, Petra Effenbergerova.

Dès l'annonce de l'explosion, "nous avons aussitôt lancé une enquête pour en établir toutes les circonstances et les causes", a de son côté indiqué la porte-parole de la police Marketa Johnova.

La police a reçu l'information sur l'explosion vers 10 heures locales (09H00 GMT), a-t-elle précisé.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.