Pyrénées-Orientales : une automobiliste frôle le drame sur un passage à niveau

Pyrénées-Orientales : une automobiliste frôle le drame sur un passage à niveau©Panoramic

6Medias, publié le mardi 30 janvier 2018 à 12h10

Une jeune conductrice a évité le pire, dimanche 28 janvier, à un passage à niveau situé dans les Pyrénées-Orientales. Le quotidien régional, L'Indépendant, a recueilli son témoignage.

Un nouveau drame sur un passage à niveau, a été évité. Une automobiliste a manqué de se faire percuter par un train, dimanche soir, sur un passage à niveau situé près du Boulou (Pyrénées-Orientales). Contacté par l'Indépendant, elle raconte comment le récent drame de Millas, lui a permis d'éviter le pire.



"Depuis l'accident de Millas, je fais toujours très attention quand je traverse un passage à niveau", explique cette automobiliste de 22 ans. La suite, est autrement plus inquiétante : "Même si les barrières étaient levées, je me suis arrêté en voyant les phares sur ma gauche. Le train est passé devant moi sans que les barrières soient baissées, sans aucun signal sonore ou lumineux".

Sa méfiance lui a permis d'éviter le pire. De quoi pointer un dysfonctionnement inquiétant : "Quand le train était environ à la moitié, c'est là que les barrières se sont mises à fonctionner et le signal a retenti. Mais une fois le train totalement passé, les barrières ne sont pas remontées. Le passage a niveau est resté fermé.", poursuit-elle. Un technicien s'est rendu sur place, cinq minutes après l'arrivée du train, afin de remonter les barrières en actionnant un boitier. Contactée par l'Indépendant, la SNCF a précisé que ce n'était pas elle qui était en charge de l'exploitation de ce passage à niveau.

Entre-temps, la jeune femme a eu le temps d'immortaliser cette scène surréaliste. Son cliché, diffusé sur les réseaux sociaux, a pour but d'appeler à la vigilance : "Ce qui me fait peur, c'est que je fais maintenant très attention à chaque fois que je vais traverser un passage à niveau. Mais d'autres, non. C'est pourquoi j'ai publié cette photo sur Facebook, pour que l'on partage un maximum ce qu'il m'est arrivé".

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
312 commentaires - Pyrénées-Orientales : une automobiliste frôle le drame sur un passage à niveau
  • Fake new du média qui ne vérifie pas ses informations.....scandaleux !

  • ceux qui incriminent la SNCF sont les mêmes qui croyaient la conductrice du car et le mari d'alexia daval !!!que des bisounours

  • J'appelle ça botter en touche de la part de la SNCF...

    En attendant, on n'a plus de nouvelles de l'accident de car qui a tué six enfants...

    L'enquête suit son cours, comme on dit, et du coup, les médias n'ont plus rien de sensationnel à dire...

    Vous vous souvenez de cet accident du "train des pignes" qui avait été enlevé par un rocher de 36t tombé de la montagne (plus de 100m quand même !) ? 2 victimes... Un procès avait été intenté contre la société exploitant cette ligne. C'était aussi silence radio. On vient, enfin, d'en connaître le résultat, et encore, par un journal local, il me semble bien : non lieu, ce qui est du reste logique pour ce cas !

    Dans le cas d'un rocher, c'est évident.

    (J'ai oublié de préciser que l'accident du train des pignes a eu lieu en février 2014 et qu'il aura fallu attendre quatre ans pour en connaitre les conclusions de la justice...)

    En effet, ça paraît dingue mais d'un autre côté, il n'y a plus rien qui me surprenne de la part de cette justice dont il apparaît qu'elle est sclérosée à la fois par l'idéologie corporatiste d'un trop grand nombre de ses membres et par une ribambelle de lois plus absurdes les unes que les autres, complètement inadaptées au monde réel dans lequel on vit.

    Je ne vais évidemment pas te suivre sur ce qui m'arrive d'appeler ta "théorie du complot", par contre, ce que je peux dire, c'est qu'en prenant des mesures d'économie à tout va sans vraiment en voir les conséquences, on en arrive à paralyser certains fonctionnements, et la justice n'est pas celle qui en souffre le moins ! (Même problème dernièrement avec le personnel pénitentiaire, sans oublier les forces de l'ordre, etc, etc...).

    Tout à fait d'accord avec votre analyse mais il n'y a aucun complot à voir dans tout ça. La déliquescence de nos institutions vient à la fois d'un manque de moyens programmé et du placement d'amis politiques à tous les postes clés. Ces gens-là ne complotent pas contre la France, ce ne sont que des idéologues qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez. Et si sur ce dernier point, ce n'était pas le cas, alors là oui il faudrait se poser des questions.

    De leur nez et surtout de leur porte-monnaie, que remplit une carrière "bien menée"...

    (darwin2bis, tu repars encore dans ce qui m'arrive d'appeler ta "théorie du complot"...)

    Moi je ne vois pas de complot là-dedans, c'est juste du carriérisme insupportable au regard de la responsabilité qui incombe à ces gens.

  • C'est de la manipulation médiatique lamentable et minable .

    La photo présentée en tête de l'article est celle du passage à niveau de Millas[ PN géré par SNCF réseau) alors que le fait a eu lieu près du Boulou sur un PN non géré par SNCF Réseau.
    Le titre mentionne" qu'une automobiliste a frôlé la mort ",alors qu'il s'agit d'une situation de sécurité tout a fait normale.
    Dans les zones industrielles,les zones portuaires, les embranchements particuliers... les trains de desserte de wagons de fret s'arrêtent avant et après le franchissement du PN.En plus du conducteur, il y a un ou plusieurs agents de manoeuvre qui actionnent manuellement le PN.
    Ils font entre autre office de garde barrières.Tout cela fait l'objet de consignes de sécurité écrites et signées par le personnel formé et habilité.
    IL s'agit donc d'une fausse information sur le risque potentiel, d'un amalgame minable avec le drame de Millas
    Honte à de tels pseudo journalistes qui ont si peu de déontologie pour ne pas vérifier les faits et alimenter volontairement une psychose et des tensions complètement déplacées et inutiles.
    IL n'y a pas assez de drames, ils ne peuvent s'empêcher de faire de la fiction pour nous conditionner l'esprit et nous harceler de PUB tout aussi inutile.
    Tout citoyen peut être facilement mis en examen pour divulgation de fausses informations tendancieuses ou calomnieuses.
    Les pseudo journalistes le font souvent en toute impunité médiatique et juridique.

  • "Quand le train était environ à la moitié, c'est là que les barrières se sont mises à fonctionner et le signal a retenti. Mais une fois le train totalement passé, les barrières ne sont pas remontées. Le passage a niveau est resté fermé."
    Et on voudrait, du moins certains ici que l'on ne mette pas la SNCF en accusation ? !!!!