Prise d'otages à Paris : le fil des événements

Prise d'otages à Paris : le fil des événements
Le forcené, qui avait pris en otage deux personnes mardi après-midi, a été interpellé sans opposer de résistance.

leparisien.fr, publié le mardi 12 juin 2018 à 22h27

Retranché dans un immeuble du Xe arrondissement de Paris depuis 16h avec deux otages, le forcené a été interpellé en début de soirée. Aucun blessé n'est à déplorer.

L'essentiel

• Depuis 16h ce mardi, un individu affirmant être armé d'une bombe retenait deux personnes dans le Xe arrondissement de Paris.

• L'assaillant, d'origine marocaine, a été interpellé peu avant 20h au 45 rue des Petites Ecuries, sans opposer de résistance. Les otages sont sains et saufs.

• Les motivations du forcené restent encore très floues. Seulement sait-on qu'il a demandé à contacter l'ambassade d'Iran. A ce stade de l'enquête, la piste terroriste est écartée.

Le fil des événements

21h50. Un certain Youssef O. L'homme de 26 ans, inconnu des services psychiatriques et du FSPRT, a tenu des propos totalement incohérents durant la prise d'otages. Il a notamment évoqué l'affaire Maëlys, cette fillette retrouvée morte après de mois d'enquête, et l'affaire opposant le jeune Théo à deux policiers lors d'une interpellation controverse d'Aulnay-sous-Bois.

21h05. Désarmé à mains nues par les policiers. Aucune balle n'a été tirée au moment de l'assaut. Les agents de la BRI ont retrouvé sur lui un coup de couteau et un fusil d'assaut factice en plastique (modèle HK G36).

21h00. On en sait plus sur l'assaillant. Le forcené est né le 30 juillet 1991 au Maroc. Il n'est pas recensé dans le FSPRT, le Fichier des signalements pour la prévention et la radicalisation à caractère terroriste. Il a toutefois à son actif une condamnation pour infraction (dégradation de biens privés).

20h30. L'enquête confiée à la 2e division de police judiciaire de Paris. Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour les chefs suivants : enlèvement et séquestration sans libération volontaire avant le septième jour, violences avec arme, détention d'arme, menace de crime ou de délit, tentative d'homicide volontaire.

20h05. Le mot de Gérard Collomb. Le ministre de l'Intérieur a salué sur Twitter « le professionnalisme et la réactivité des forces de police et de secours, en particulier la BRI et les Pompiers de Paris dont l'appui a été déterminant ».

20h00. L'assaut a été donné en deux temps. Tout d'abord, un robot lanceur d'eau a été envoyé car le preneur d'otage et un otage étaient aspergés d'essence. Ensuite, la colonne de la Brigade de recherche et d'intervention (BRI) est intervenue et a interpellé l'assaillant, qui n'a pas opposé de résistance.

19h51.L'auteur de la prise d'otages a été interpellé, de source officielle. Les otages sont eux sains et saufs. L'assaut a été donné il y a quelques minutes.

19h20. Des pompiers en renforts.

19h10. L'important dispositif en images.

DR Riverains

DR Riverains

19h05. Les motivations « floues » de l'assaillant. Selon une source proche du dossier, les négociations s'avèrent très compliquées. Mis à part son souhait de parler avec l'ambassadeur d'Iran, les motivations du preneur d'otages sont jugées « floues ». La piste terroriste n'est pas évoquée pour l'instant.

18h45. Des riverains s'impatient. Selon notre reporteur, les pompiers font également appel à un de leurs robots multifonctions.

Piloté à distance, ce robot, appelé « Colossus », permet « de mener des reconnaissances » et d'évacuer les obstacles « en cas de risque d'effondrement ou d'explosion », nous expliquait récemment la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris.

18h30. Un témoin dans une agence mitoyenne. « Tout est très calme. Les policiers sont positionnés aux fenêtres de l'immeuble d'en face du lieu de la prise d'otage, explique cet homme, resté bloqué 2 heures dans son bureau. Il y a peu de bruit. On a continué à travailler ».

18h05. Pas d'otage libéré. Contrairement à ce que nous avons écrit quelques minutes, la personne sortie de l'immeuble n'était pas un otage. Cet homme a croisé l'assaillant dans le hall de l'immeuble et a reçu un coup à l'arcade sourcilière. Il a ensuite pris la fuite et s'est réfugié dans un bar. II est désormais pris en charge par les pompiers. Sa compagne, enceinte, a également pu s'enfuir.

18h00. « La situation reste figée », de source policière.

17h30. «Des négociations sont en cours» avec le preneur d'otages, annonce, vers 17h30, une source policière.

16h30. Selon les premiers éléments, le mis en cause a déclaré à la police «être armé» et retenir trois personnes. Le preneur d'otages, positionné dans la cour intérieur de l'immeuble, demande à ce que soit contactée l'ambassade d'Iran, «afin de donner un texte au gouvernement français».

L'individu a également affirmé qu'il avait un complice armé, à l'extérieur du bâtiment.

16h15. Les forces de l'ordre évoquent «une situation très confuse». Les policiers de la Brigade de recherche et d'intervention (BRI) de Paris sont dépêchés sur place.

16h. Un homme déclare à la police «être armé» et retenir trois personnes en otage dans un immeuble du Xe arrondissement de Paris, au 45, rue des Petites Écuries.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.