Prise d'otage à la prison d'Ensisheim: peines de 10 à 12 ans pour 3 détenus

Prise d'otage à la prison d'Ensisheim: peines de 10 à 12 ans pour 3 détenus
Véhicules de gendarmes et des forces spéciales à l'entrée de la maison centrale d'Ensisheim (Haut-Rhin) lors de la prise d'otage d'un agent le 4 juin 2017

AFP, publié le vendredi 13 avril 2018 à 10h37

Trois détenus ont été condamnés jeudi par le tribunal correctionnel de Colmar à 10, 11 et 12 ans de prison pour avoir pris en otage en juin 2017 un surveillant et tenté de s'évader de la maison centrale d'Ensisheim (Haut-Rhin), a-t-on appris vendredi auprès du parquet.

Le ministère public avait requis des peines allant de 10 ans à 16 ans à l'encontre de Michael Wasilewski, Karim Bouazza et Francis Dorffer, a indiqué à l'AFP le procureur de la République à Colmar, Christian de Rocquigny, confirmant une information du quotidien Les dernières nouvelles d'Alsace. 

Leur condamnation pour séquestration, tentative d'évasion, violences sur personne dépositaire de l'autorité publique avec arme et dégradation de biens d'utilité publique, a été assortie d'une période de sûreté des deux tiers, a ajouté le procureur. 

Le 4 juin 2017, à 19H30, au moment où les détenus réintégraient leur cellule, "ils avaient pris en otage un agent avec une arme artisanale et essayé de faire pression sur d'autres surveillants pour qu'ils ouvrent la porte", a relaté M. de Rocquigny.

Retranchés dans un couloir de la détention, ils avaient provoqué un début d'incendie et tenté de casser une porte.

Les trois détenus avaient libéré leur otage et s'étaient rendus le lendemain matin, à 5H30, après de longues négociations menées par le préfet du Haut-Rhin, le procureur, le directeur de la maison centrale et la directrice interrégionale de l'administration pénitentiaire.

"Dorffer est un spécialiste de ce type de comportement de prise d'otage pour attirer l'attention sur lui", a expliqué M. de Rocquigny.  

Incarcéré depuis l'âge de 16 ans dans une vingtaine de prisons différentes après des condamnations pour vols, viol et assassinat d'un codétenu, il est aux yeux des personnels de l'administration pénitentiaire le "champion de la prise d'otage carcérale". En 2006, il avait retenu une psychiatre à la prison de Nancy, en 2009 un surveillant à Clairvaux (Côte-d'Or), en 2010 un psychiatre à la Santé (Paris) et en 2011 un gardien à Poissy (Yvelines).

La maison centrale d'Ensisheim, dévolue aux longues peines, compte 200 places et héberge 190 prisonniers.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.