Faits divers

Principal mort à Lisieux : deux jeunes ont reconnu s’être introduits dans le collège

Cinq jours après la mort encore inexpliquée de Stéphane Vitel, le procureur de la République a annoncé mercredi 16 août que deux jeunes ont avoué avoir fracturé une porte de l’établissement.

Du nouveau dans l’affaire de la mort de Stéphane Vitel, ce principal retrouvé mort dans son collège à Lisieux vendredi 11 août. Le procureur de la République a annoncé mercredi 16 août dans un communiqué que deux jeunes, âgés de 17 et 19 ans, ont avoué s’être introduits dans cet établissement du Calvados.

Toujours selon le procureur, les jeunes ont reconnu avoir fracturé une porte, mais assurent qu’ils sont partis avant l’arrivée du principal. Une information qui est "confirmée par l’exploitation du téléphone de l’un d’entre eux", a précisé Joël Garrigue.

Une information judiciaire va être ouverte

Une intrusion qui pourrait expliquer l’alerte reçue par Stéphane Vitel vendredi alors qu’il se trouvait sur la route des vacances, mais qui ne permet toujours pas de résoudre sa mort inexpliquée. L’autopsie du corps qui a eu lieu lundi n’a également pas pu apporter plus de précisions. Si elle a permis d'observer des lésions cutanées minimes ainsi qu'un traumatisme crânien, il n'est possible de déterminer la cause du décès. Les médecins légistes ont également constaté la présence d'un œdème pulmonaire, associé à une pathologie cardiovasculaire, à priori ancienne et qui n'aurait pas été traitée a déclaré le procureur lors d'une conférence de presse mercredi 16 août. "Elle n’a pu ni exclure l’intervention d’un tiers, ni établir avec certitude une cause naturelle du décès", avait annoncé le parquet lundi 14 août.

Avec ces nouvelles informations, le parquet de Lisieux a confié l’enquête à celui de Caen, "le seul parquet du département à exercer l’action publique en ce qui concerne les mineurs", a indiqué le procureur. Lors de la conférence de presse mercredi 16 août, Joël Garrigue a annoncé l'ouverture d'une instruction contre X pour déterminer s'il s'agit d'un meurtre ou d'une mort de cause naturelle, ainsi que la mise en examen des deux jeunes pour l'intrusion et la dégradation d'un établissement scolaire.

publié le 16 août à 15h32, Romain Strozza, 6Medias

Liens commerciaux