Pologne: trois hommes inculpés pour avoir renversé la statue de l'ex-aumônier de Solidarité, accusé de pédophilie

Pologne: trois hommes inculpés pour avoir renversé la statue de l'ex-aumônier de Solidarité, accusé de pédophilie
La statue du père Henryk Jankowski, le 6 décembre 2018 à Gdansk, en Pologne

AFP, publié le vendredi 22 février 2019 à 22h28

Le parquet de Gdansk, dans le nord de la Pologne, a formellement inculpé vendredi trois activistes qui ont renversé la statue de l'ancien aumônier catholique du syndicat Solidarité en Pologne, auteur selon de multiples témoignages d'actes de pédophilie.

Les trois hommes ont été accusés d'avoir "profané la statue et de l'avoir endommagée", a déclaré à l'AFP Mme Grazyna Wawryniuk, porte-parole du procureur régional.

S'ils sont reconnus coupables, ils encourent une peine de cinq ans de prison.

La statue du père Henryk Jankowski, mort en 2010, a été renversée dans la nuit de mercredi à jeudi, à quelques heures de l'ouverture par le pape au Vatican d'une réunion inédite sur la lutte contre la pédophilie.

Les trois activistes, des habitants de Varsovie connus pour leur participation à des manifestations contre le pouvoir conservateur, ont mis une corde au cou de la statue et l'ont renversée sur des pneus posés sur le sol pour amortir le choc, selon une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux.

Ils ont publié un manifeste de plusieurs pages pour expliquer que leur geste avait eu pour but de "détruire le faux et odieux mythe d'Henryk Jankowski".

Sur la statue, ils ont posé une aube pour enfant de chœur et des sous-vêtements afin de rappeler les jeunes victimes du prêtre.

"Nous accusons l'institution de l'Eglise catholique et ses représentants de n'avoir pas réagi, alors qu'ils étaient conscients du mal fait par Henryk Jankowski, pour y mettre fin, de s'être tus, voire (...) d'avoir toléré le risque de nouvelles victimes", ont-ils déclaré.

Des enquêtes sur le comportement d'Henryk Jankowski à l'égard de jeunes filles et de jeunes garçons avaient été ouvertes, puis classées en 2004.

Sa statue à Gdansk avait déjà été dégradée en décembre 2018, tâchée de peinture rouge.

Grande figure du mouvement de Solidarité, le prêtre qui avait fait de sa paroisse Sainte-Brigitte à Gdansk un lieu de rencontres d'opposants à l'époque où l'état de siège avait été instauré par le général Wojciech Jaruzelski, s'est brouillé par la suite avec bon nombre de ses anciens compagnons, ceux-ci l'ayant notamment accusé de dérive antisémite, nationaliste et antieuropéenne.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.