Policiers agressés à Aulnay-sous-Bois : deux suspects placés en détention

Policiers agressés à Aulnay-sous-Bois : deux suspects placés en détention
Des policiers français de la CSI 93 à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), le 2 avril 2020

, publié le jeudi 14 janvier 2021 à 11h06

Deux hommes de 22 et 23 ans soupçonnés d'avoir participé à l'agression de deux policiers début janvier à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) ont été placés en détention dans l'attente de leur procès, a-t-on appris jeudi auprès du parquet de Bobigny, confirmant une information du Parisien. 

Ces deux suspects ont été présentés mercredi au tribunal de Bobigny, qui doit notamment les juger pour conduite sans permis, rébellion, menaces de mort et violences sur personnes dépositaires de l'autorité publique ayant entraîné une interruption totale de travail (ITT) supérieure à huit jours.

Leur procès a été renvoyé au 24 février, et ils ont été placés en détention provisoire jusqu'à l'audience, a précisé le parquet.

Le 3 janvier, deux policiers avaient été agressés par une quinzaine de personnes après un contrôle routier dans une cité d'Aulnay-sous-Bois.

L'un des deux fonctionnaires, motards au sein de la CSI (compagnie de sécurisation et d'intervention), avait eu "l'épaule démise" et le second souffrait "de douleurs aux côtes", avait indiqué à l'AFP une source policière.

Des images de vidéo amateur diffusées sur les réseaux sociaux montraient les deux motards, dont l'un à terre, aux prises avec un individu pendant que deux autres hommes leur assénaient des coups de pied.

Les CSI sont des services de police qui participent à la sécurisation des quartiers difficiles et à des missions de maintien de l'ordre.

La compagnie de Seine-Saint-Denis est visée par une quinzaine d'enquêtes pour vol, violences, détention de drogue et faux en écriture publique. Quatre de ses agents ont été mis en examen en juillet, ce qui avait conduit le préfet Didier Lallement à annoncer la "dissolution" de la compagnie.

L'unité a finalement été réorganisée et placée sous l'autorité de la CSI de Paris. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.