Plus d'espoir pour le milliardaire allemand disparu dans les Alpes

Plus d'espoir pour le milliardaire allemand disparu dans les Alpes
Karl-Erivan Haub, patron du grand groupe de distribution allemand Tengelmann, lors d'une conférence de presse, le 7 ocrobre 2014 à Mülheim an der Ruhr

AFP, publié le vendredi 13 avril 2018 à 20h27

Les secours et la famille de Karl-Erivan Haub, le richissime patron allemand du distributeur Tengelmann, ont annoncé vendredi n'avoir aucun espoir de le retrouver vivant, une semaine après sa disparition dans les Alpes italo-suisses en pratiquant un sport extrême.

"Après plus de sept jours dans les conditions climatiques extrêmes d'un glacier, il n'y a plus aucune chance de (le) retrouver vivant", a reconnu dans un communiqué le groupe familial Tengelmann qui détient notamment les chaînes de magasins de vêtements à bas prix Kik et de bricolage Obi.

Parallèlement, les secours suisses ont annoncé l'arrêt des opérations destinées à retrouver cet homme, dont la famille est parmi les plus riches d'Allemagne.

Agé de 58 ans, ce père de deux enfants et passionné de ski-alpinisme avait disparu le 7 avril pendant qu'il s'entraînait en solitaire dans le Petit Cervin, à la frontière italo-suisse, en vue de participer la semaine prochaine à la Patrouille des Glaciers, une course ultra-compétitive organisée par l'armée suisse tous les deux ans.

L'idée de cette épreuve avait pris forme juste avant la Deuxième Guerre mondiale. Deux membres de la brigade de montagne 10, chargée de défendre la partie sud-est des Alpes suisses, en ont été les initiateurs : la troupe devait prouver son aptitude à l'engagement dans le cadre d'une course hors du commun. 

Karl-Erivan Haub avait déjà participé deux fois à cette épreuve mythique qui se déroule suivant les cas sur un parcours de 53 ou 26 kilomètres.

Il n'avait plus donné signe de vie depuis qu'il avait emprunté la télécabine du Petit Cervin samedi vers 08h30 (06h30 GMT). Il avait été vu à la station d'altitude équipé de skis de randonnée et de peaux de phoque pour son entraînement.

Son téléphone portable a émis pour la dernière fois samedi à 08h33 au pied du Petit Cervin, laissant supposer aux secouristes que soit il l'avait éteint, soit la batterie était déchargée.

- 'Tragédie terrible' -

Sa disparition avait été rendue publique lundi soir, mais les recherches avaient été entamées dès dimanche matin. Selon le quotidien suisse Blick, c'est la famille de M. Haub qui a donné l'alerte en apprenant qu'il ne s'était pas présenté à un rendez-vous fixé à son hôtel samedi après-midi à Zermatt.

Les autorités suisses et italiennes ont alors mis en œuvre d'importants moyens pour tenter de retrouver le milliardaire, en dépit de conditions météorologiques difficiles tout au long de la semaine.

Les recherches ont mobilisé au sol un nombre important de secouristes expérimentés ainsi que des hélicoptères munis de caméras infrarouge qui ont balayé, en vain, une zone de 240 kilomètres carrés de terrain enneigé, de glaciers et de crevasses, des deux côtés de la frontière italo-suisse.

"Cet accident est une tragédie terrible et incroyable pour la famille Haub et pour l'entreprise tout entière", a commenté la porte-parole du groupe, Sieglinde Schuchardt, citée dans le communiqué de Tengelmann.

"Les recherches vont se poursuivre afin de retrouver (le corps) de Karl-Erivan Haub. (Le groupe Tengelmann) prendra évidemment à sa charge tous les coûts attenants" à ces recherches, a encore fait savoir l'entreprise.

Tengelmann avait déjà été endeuillé le mois dernier par la disparition du père de Karl-Erivan Haub, Erivan Haub, mort aux Etats-Unis le 6 mars à l'âge de 85 ans. Il avait dirigé l'entreprise de 1969 à 2000.

De ses trois fils, c'est l'aîné, Karl-Erivan, qui avait alors pris les rênes de l'entreprise.

Les héritiers de l'empire Tengelmann, qui compte 80.000 employés dans le monde, figurent parmi les familles les plus riches du monde, selon la presse. Les biens des Haub étaient évalués à 3,5 milliards d'euros en 2014.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.