Pluies diluviennes à Mayotte: mort d'une mère et de ses 4 enfants

Pluies diluviennes à Mayotte: mort d'une mère et de ses 4 enfants

Des cases en tôle, ou bangas, à Koungou, le 20 mars 2011 à Mayotte

A lire aussi

AFP, publié le jeudi 11 janvier 2018 à 10h54

Une mère et ses quatre enfants sont morts à Mayotte dans la nuit de mercredi à jeudi à la suite de pluies diluviennes qui ont emporté leur habitation de tôle, dans ce jeune département où subsistent de nombreux bidonvilles, en majorité habités par une population clandestine.

Les pluies ont provoqué une coulée de boue qui a emporté la case de tôle, ou "banga" en langue mahoraise, de la famille, construite à flanc de colline dans une zone non viabilisée de Koungou, au nord de Mayotte, ont précisé les secours.

"Suite à de fortes pluies localisées" mercredi "à 23h00, un glissement de terrain a causé la destruction d'une habitation à Koungou, causant cinq morts dont un adulte et quatre enfants d'une même famille", a indiqué la préfecture dans un communiqué, précisant que les secours avaient procédé à "l'évacuation de 150 personnes dans le secteur".

"Un des enfants qui a pu s'extraire est indemne mais nous avons fait le constat de cinq victimes, une maman et quatre enfants", a confirmé à la télévision Mayotte 1ère le Colonel Cassou, directeur du SDIS 976. 

Les secours ont dû extraire les corps englouti sous la boue, dans une ravine où se cotoient plusieurs centaines d'habitations de tôles, au milieu des palmiers.  

"Nous avons observé une grande instabilité du terrain sur lequel sont bâties des habitations +de fortune+, et vu les mauvaises conditions météorologiques au cours de cette nuit pluvieuse, nous avons constitué un périmètre de sécurité de 200 mètres", a précisé le directeur du Service départemental d'incendie et de secours.

Mayotte, jeune département français depuis 2011, est marqué par un habitat précaire important et de très nombreux bidonvilles, liés à une forte immigration irrégulière, en croissance démographique exponentielle.

La ministre des Outre-mer Annick Girardin a réagi jeudi matin sur Twitter: "Je présente mes condoléances aux proches et aux habitants choqués par ce terrible drame. Les services de l'État mobilisés pour assister les sinistrés".

De son côté, le député LR de Mayotte, Mansour Kamardine, a réclamé au gouvernement "la constitution et l'envoi immédiat, à Mayotte, d'une mission interministérielle d'évaluation des risques et de définition d'un plan d'urgence".

"Notre tristesse est mêlée d'une colère froide", a écrit le député dans un communiqué, soulignant que des "dizaines de milliers de personnes vivent à Mayotte dans des habitations insalubres, construites sauvagement sur des terrains non viabilisés, la grande majorité d'entre eux étant des immigrés clandestins". L'île subit une forte immigration irrégulière venant principalement des Comores, que dénoncent régulièrement les Mahorais. 

"L'inaction des pouvoirs publics face à la situation à Mayotte, alliée au changement climatique qui va indubitablement entraîner une amplification et une multiplication des phénomènes météorologiques extrêmes, est une source potentielle de drames humains massifs", a affirmé M. Kamardine.

"L'immigration doit être stoppée à Mayotte et un plan de résorption de l'habitat insalubre doit être engagée, sans délai", a-t-il réclamé.

Affirmant que "des dizaines de bidonvilles" sont "répartis sur l'ensemble des communes de Mayotte", il a rappelé que sur l'île "28% des habitants n'ont pas accès à l'eau courante et 54% vivent dans un logement ne possédant pas d'équipement permettant le respect des règles sanitaires minimales".

Jeudi, le Préfet de Mayotte, Frédéric Veau, le maire de la commune et le substitut du procureur de la République se sont rendus sur place "pour apporter leur soutien aux habitants et à la famille des victimes", a précisé la préfecture.

 
3 commentaires - Pluies diluviennes à Mayotte: mort d'une mère et de ses 4 enfants
  • En 2004, l'approche d'un cyclone pouvant toucher Mayotte - ce qui reste rare, Madagascar les "épuisant" ou les détournant vers le nord - avait entrainé un rapport d'expertise ordonné par la Préfecture (et resté relativement confidentiel ) qui avait estimé les pertes potentielles en cas de frappe cyclonique (sans même parler de Maria ou Irma) à entre 5 et 10 mille morts !!!! Pour les raisons précisées dans l'article. Quid de nos jours ? Avec 40 000 personnes en plus environ ....

  • Et comment se fait-il que ces clandestins ne soient pas expulsés puisqu'on sait où ils se trouvent et qu'ils ne viennent pas de pays en guerre?

    A Mayotte, les clandestins sont un bienfait: certaines femmes sont payées 50 centimes de l'heure pour faire le ménage et s'occuper des enfants, travaillent 10h00 par jour et 7 jours sur 7; les hommes travaillent au black et sont payés à coups de lance-pierres, quand ils ne sont pas expulsés bizarrement juste avant de recevoir leurs dus et, cerise sur le gâteau, les jeunes filles et jeunes femmes sont des proies faciles pour les prédateurs sexuels qui ne se gênent pas pour les exploiter à leur guise. De plus, des pièces totalement insalubres sont louées, sans être déclarées au fisc. Tout ce que je viens d'énumérer se sait mais les pouvoirs publics y sont totalement indifférents.
    Les politiques locaux et une majorité de la population ont de beaux discours mais profitent à fond de ces malheureux qui pensaient trouver l'eldorado. A un moment donné, il faut savoir ce que l'on veut: être Français ou être esclavagiste.
    La départementalisation de Mayotte fut une grosse erreur. Il a été demandé aux mahorais s'il voulaient du département mais il n'a pas été demandé aux autres Français s'ils voulaient que Mayotte accède à ce statut car c'est le parlement qui s'est prononcé au lieu d'avoir recours à un référendum.

  • Mayotte département Français où il y a plus de clandestins que de locaux. Notre gouvernement ne veut pas que la langue Corse soit la langue officielle de la Corse et à mon avis c'est normal, mais alors pourquoi à Mayotte 80% de la population ne parlent pas le Français et c'est leur langue qui est privilégiée. Deux poids, deux mesures!!!

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]