Perpignan : une mère jugée pour avoir giflé son enfant

Perpignan : une mère jugée pour avoir giflé son enfant
La balance de la justice du tribunal de Rennes, le 19 septembre 2017.

Orange avec AFP, publié le lundi 25 septembre 2017 à 16h23

FAIT DIVERS. Placée en garde à vue puis convoquée devant le tribunal de Perpignan pour avoir giflé l'un de ses enfants en juin dernier, la mère de famille a finalement été relaxée.

"C'est le geste d'une maman à bout de nerfs", a plaidé l'avocate dont la cliente était jugée devant le tribunal correctionnel de Perpignan "pour violences sur mineur" après avoir giflé son fils de deux ans et demi, rapporte France Bleu Roussillon.

À la barre, la mère de famille de 32 ans décrit le contexte qui l'a poussé à ce geste.

Épuisée après 48 heures sans dormir pour soigner son fils hospitalisé pour une gastro-entérite, elle craque alors qu'il refuse de prendre ses médicaments. Une infirmière, témoin de la scène grâce à un hublot qui se trouvait sur la porte de la chambre, donne l'alerte. Elle, évoque un coup "violent". Selon elle, la tête de l'enfant aurait été "projetée en arrière".

Quatre infirmières débarquent alors pour prendre en charge l'enfant, face à la mère qui se justifie tant bien que mal : "Vous voyez bien que je ne l'ai pas tué ! Je fais ce que je veux, c'est mon enfant." Arrivent ensuite un psychiatre, un médecin légiste, une assistante sociale et les policiers de la Bac (Brigade anti-criminalité), qui interpellent la mère et la placent en garde à vue.

En septembre, l'accusée se retrouve devant le tribunal correctionnel de Perpignan où le procureur demande six mois de prison avec sursis. "On ne peut pas assimiler une simple gifle à de la maltraitance. Sinon, il faudrait juger la moitié des parents du département", s'emporte alors l'avocate de la prévenue, qui n'avait jamais été jusque-là soupçonnée de mauvais traitements.

Les juges ont donné raison à l'avocate et finalement relaxé la mère de famille.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU