Pas-de-Calais : un grand félin toujours recherché, la préfecture donne le droit de l'abattre

Pas-de-Calais : un grand félin toujours recherché, la préfecture donne le droit de l'abattre
Selon un témoin, l'animal recherché "ressemble à un puma" (illustration).

publié le samedi 16 octobre 2021 à 13h27

L'animal, "un grand félin ou un fauve", a été repéré à plusieurs reprises depuis mercredi 13 octobre dans les communes de Frévent et Auxi-le-Château.

Repéré mercredi 13 octobre, un "grand félin" était toujours en liberté dans le Pas-de-Calais samedi 16 octobre, malgré le déploiement d'un "important dispositif" par la gendarmerie nationale, a indiqué la préfecture dans la matinée. 




L'animal a été vu à plusieurs reprises depuis mercredi dans les communes de Frévent et Auxi-le-Château. Sa divagation pouvant s'avérer dangereuse pour la population, le préfet a autorisé par arrêté jusqu'au 29 octobre, dans toutes les communes de l'arrondissement, "des opérations de tirs de prélèvement simple d'un animal pouvant être un grand félin ou un fauve, mâle ou femelle".

La préfecture précise qu'aucune personne ni aucun établissement n'a signalé la disparition d'un tel animal et invite toute personne disposant d'informations à se rapprocher de la gendarmerie, même anonymement.



De quel type d'animal peut-il s'agir ? Les éléments constatés sur le terrain "notamment ses traces de pas" orientent les recherches sur la piste d'"un grand félin", a expliqué la préfecture, sans plus de précision. 

La bête a d'abord été vue par une vingtaine de gendarmes mercredi dans la soirée, après le signalement d'une habitante. "On n'est pas certain qu'il s'agisse d'un lion ou d'une lionne. Mais il est certain que c'est un grand félin", indiquait alors la gendarmerie du Nord et du Pas-de-Calais à l'AFP

Dans la matinée de vendredi, le félin a été aperçu dans une pâture près de Ligny-sur-Canche. "Ca ressemblait à un puma. C'est bien plus haut qu'un chat, avec une longue queue. Et puis quand il s'est sauvé, il ne courait pas comme un chat, il faisait plutôt des bonds", a décrit par la suite l'homme à l'origine de l'alerte à La Voix du Nord. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.