Paris: incidents en marge du concert d'une star congolaise, la Gare de Lyon partiellement évacuée

Chargement en cours
Le chanteur congolais Fally Ipupa en concert en avril 2019 à Abidjan, en Côte d'Ivoire
Le chanteur congolais Fally Ipupa en concert en avril 2019 à Abidjan, en Côte d'Ivoire
1/2
© AFP, SIA KAMBOU

, publié le vendredi 28 février 2020 à 21h58

Des incidents émaillés de feux de véhicules ont éclaté vendredi en fin de journée à Paris en marge d'une manifestation interdite d'opposants au concert de la star congolaise Fally Ipupa à Bercy, conduisant à l'évacuation partielle de la Gare de Lyon, a-t-on appris de sources concordantes.

"La police intervient pour faire cesser la manifestation", a fait savoir la préfecture de police de Paris, évoquant notamment des incendies de poubelles et de véhicules, dégageant une épaisse fumée noire. La partie souterraine de la gare a été évacuée par mesure de précaution, a indiqué la SNCF.

Les pompiers de Paris ont "maîtrisé le feu, qui est en cours d'extinction", a expliqué la préfecture vers 18H30. Elle a aussi dénoncé le "comportement scandaleux" de manifestants entravant l'action des secouristes. A 19H10, 23 personnes avaient été arrêtées et 54 verbalisées, a-t-elle ajouté.

Sur place vers 18H30, une dizaine de camions de pompiers éteignaient les derniers foyers, a constaté une journaliste de l'AFP. Une très forte odeur de brûlé régnait aux abords de la gare, où une trentaine de véhicules étaient entièrement carbonisés, majoritairement des scooters. Le trafic était interrompu sur le RER D.

En fin de journée, la tension était encore vive entre supporters du chanteur et opposants politiques congolais, avec de nombreuses invectives entre les deux camps. 

Prévu à partir de 20H00 à l'AccorHotels Arena, ex Palais omnisports Paris-Bercy, le concert de Fally Ipupa, accusé par les opposants d'être proche du l'ex-président Joseph Kabila et de son successeur Félix Tshisekedi, suscitait l'inquiétude des autorités. Sept manifestations déclarées avaient été interdites et les premières interpellations ont débuté dès la mi-journée dans le secteur de Bercy.

"Avec leur musique, ils sont en train de prendre tout un peuple de leur côté pendant qu'ils égorgent et violent femmes et enfants", s'indignait auprès de l'AFP un opposant, Willy Dendebe, révulsé par la tenue du concert. "Ça fait 30 ans que je suis ici à cause d'eux ! 30 ans et on les laisse se produire ici en France comme si de rien n'était. Alors oui on est en colère !"

Fan du chanteur et venu exprès de Belgique, Lwangi Bienvenu contemplait le désordre depuis son hôtel proche de la Gare de Lyon. "C'est dommage, c'est un Congolais, on devrait tous être derrière lui", a-t-il regretté. "On va mal parler de nous. Ils mettent les gens en danger et en plus ils vont sûrement annuler le concert."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.