Orly: l'homme muni d'un couteau et sa compagne jugés lundi

Orly: l'homme muni d'un couteau et sa compagne jugés lundi
L'homme arrêté en possession d'un couteau au moment d'embarquer pour son vol à l'aéroport d'Orly jeudi, et sa compagne qui avait appelé la police en assurant qu'il prévoyait "une attaque", devraient être jugés lundi

AFP, publié le vendredi 16 août 2019 à 21h31

L'homme arrêté en possession d'un couteau au moment d'embarquer pour son vol à l'aéroport d'Orly jeudi, et sa compagne qui avait appelé la police en assurant qu'il prévoyait "une attaque", devraient être jugés lundi, a-t-on appris vendredi auprès du parquet de Créteil.

La compagne avait été placée en garde à vue dans la journée pour dénonciation mensongère : jeudi en fin d'après-midi, alors que son compagnon s'apprêtait à embarquer sur un vol pour Barcelone, elle avait appelé la police en se faisant passer pour la soeur de l'homme, en leur assurant qu'il avait "prévu de faire une attaque".

L'homme, 34 ans et non connu de la justice, avait été interpellé sans incident au moment de l'embarquement d'un vol pour Barcelone, après avoir passé les contrôles de sécurité. Il avait dans son bagage à main un couteau - en fait une petite lame métallique dépliable depuis un support de la taille d'une carte bleue. 

En garde à vue, il avait affirmé que c'était "sa copine, avec qui il avait eu une dispute", qui avait appelé la police. Il avait aussi dit avoir oublié que la lame se trouvait dans son sac. "Il semblerait qu'elle ait voulu se venger après une dispute", a affirmé une source proche du dossier.

L'homme sera jugé lundi devant le tribunal de Créteil (Val-de-Marne) pour la détention et le transport du couteau, et la femme pour dénonciation mensongère et entrave à la circulation d'un aéronef : l'avion avait dû être évacué par sécurité, et le vol retardé.

Lundi, une femme avait été arrêtée parce qu'un pistolet chargé avait été découvert dans son bagage cabine lors d'un contrôle, dans une zone de transit à l'aéroport de Roissy. Elle a été condamnée mercredi à huit mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Bobigny (Seine-Saint-Denis).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.