Nord : un chirurgien accusé de maltraitances sur des collègues et des patients

Nord : un chirurgien accusé de maltraitances sur des collègues et des patients
Les collègues du chirurgien avaient demandé à ne travailler qu'un jour par semaine maximum avec lui. (photo d'illustration)

Orange avec AFP, publié le lundi 27 mars 2017 à 18h50

Est-ce qu'un chirurgien du centre hospitalier de Roubaix a insulté, menacé et frappé collègues et patients pendant des années ? Le Conseil de l'Ordre des médecins a ouvert une enquête après l'alerte lancée par des élus CGT du Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT), rapporte lundi 27 mars France Bleu Nord.



Dans un courrier daté du 19 janvier 2017, les élus du CHSCT demandent à la direction de l'hôpital d'accorder la protection fonctionnelle à plusieurs employés qui ont peur de croiser le médecin, et qui ne veulent plus travailler dans le climat de terreur que ce dernier a instauré au bloc opératoire. Les syndicalistes dénoncent un "comportement dangereux" : le praticien met ses collègues dans une situation de stress quasi-permanente, explique France Bleu, qui précise qu'une règle tacite est d'ailleurs en vigueur depuis plusieurs mois déjà : les infirmières et les infirmières anesthésistes travaillent au maximum un jour par semaine avec lui.

Et depuis que le CHSCT a écrit à la direction de l'hôpital, le médecin n'opère plus et se retrouve cantonné aux consultations à l'hôpital.

DES PATIENTS SOUS ANESTHÉSIE FRAPPÉS

Selon la cinquantaine de témoignages recueillis par le CHSCT, le chirurgien avait pris l'habitude d'être violent verbalement et physiquement. Ainsi, ses collègues étaient régulièrement traitées d"'incapables", de "nulles". Une infirmière aurait reçu un coup de pied, une autre aurait été étranglée, une autre encore menacée avec un bistouri... Mais les violences ne se limitaient pas au personnel soignant. Il semblerait en effet que les patients ont également fait les frais de l'hystérie du médecin : eux aussi auraient été insultés, et même frappés alors qu'ils étaient sous anesthésie locale, selon France Bleu.

Comment cette situation a pu durer plusieurs années, comme le révèle le rapport du CHSCT ? "La personnalité du chirurgien et l'omerta de l'administration, et même son soutien à ce chirurgien, font que les gens ont eu peur de représailles et d'être attaqués pour diffamation. Beaucoup regrettent de ne pas avoir réagit plus tôt", analyse le secrétaire de la CGT à l'hôpital de Roubaix, Frédéric de Rycker, cité par France Bleu.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
25 commentaires - Nord : un chirurgien accusé de maltraitances sur des collègues et des patients
  • le pseudo de ce chirurgien bronte69

  • Des tyrans, il y en a quelques-uns dans le milieu hospitalier! Des chirurgiens... chefs de service... qui se prennent pour des Dieux.
    Personne, ou presque, n'ose les contredire. Ils exercent ainsi leur pouvoir par une multitude de remarques désobligeantes, humiliations verbales, regards méprisants....
    Heureusement que les internes changent de lieu de formation chaque semestre, car ces tyrans-là ne sont pas des Dieux en matière de pédagogie!

    On est bien d'accord . Par rapport à l'intervenant precedent (remuer) , vous avez l'air de connaitre le milieu medical ou le medecin est roi !!! ou les internes , chef de cliniques , assistants , chef de services peuvent tout se permettrent sans que personne n'intervienne...... ils ont tout les droits !! arriver en retard aux consults , rabaisser le personnel, imposer tout aux patients!!! Le mieux maintenant serait de venir accompagné d'un huissier lorsque vous rentrer à l'hopital , que c soit en temps que patient ou employé............

  • Tout ce qu'ont trouvé ces " victimes " c'est de demander à ne travailler qu'un jour par semaine avec ce chirurgien . Si la situation est avérée pourquoi n'ont ils pas refusé de travailler avec lui . Le problème était ainsi vite réglé . Bizarre , cela ressemble plus à un règlement de compte qu'à autre chose

    Vous pensez que c'est aussi simple que cela ??? le personnel serait alors , non plus sous le joug du chirurgien mais en faute vis à vis de sa direction!!!
    Je vous signale qu'en hopitaux il y la direction de l'hopital et la direction des services medicaux , qui gere juste le medical !!!
    Votre message doiit etre ecrit du fond de votre canapé sans aucune connaissance du milieu médical

  • Il vat falloir lever l'omerta sur les médecins qui sont de plus en plus infectes avec les personnels et les patients . Je le dis encore il dissoudre le conseil de l'ordre et leur oter leur assermentions...

    +1000000000000000000...................

  • ............ je peux rajouter quelques choses; lorsqu'un chir n'arrive pas a faire un geste operatoire , bien evidemment ce n'est pas de sa faute mais soit au materiel qu'il emploi (donc choisi au depart par les chirurgiens et le chef de service en accord avec les services economiques du centre de soins) soit à cause du personnel!!
    Résultat............... si c'est le materiel , celui ci est jeté en travers de la salle avec maintes vociférations!!! si c'est le personnel , eh bien c'est exactement la meme attitude qu'on subit les personnels dans cet hopital de Roubaix !! rabaissement , insultes, harcelement moral , maltraitance psychologique !!!!!