Nice : un restaurateur ouvre son établissement pour un déjeuner de la "désobéissance civile"

Nice : un restaurateur ouvre son établissement pour un déjeuner de la "désobéissance civile"
Un restaurant range sa terrasse à Nice le 24 octobre 2020 (photo d'illustration).

publié le mercredi 27 janvier 2021 à 15h10

Christophe Wilson, propriétaire du "Poppies", dans le centre-ville, a servi 50 couverts, mercredi midi. Les policiers ont laissé les clients déjeuner, convoquant le restaurateur au commissariat dans l'après-midi. 


"C'est mon devoir de désobéir", a expliqué Christophe Wilson à Nice Matin. Certains restaurants ouvrent clandestinement et des restaurateurs comptent rouvrir le 1er février, quelle que soit la situation sanitaire. Ce patron, lui, n'a pas attendu pour le faire au grand jour. Le patron du restaurant "Le Poppies" a bravé l'interdiction d'ouvrir son restaurant mercredi 27 janvier. Il avait pris 50 réservations et organisé deux services, selon Nice Matin, l'événement s'étant organisé par le bouche-à-oreille. "J'en ai parlé autour de moi. Depuis deux ou trois jours. J'ai envoyé des messages sur WhatsApp et les gens ont commencé à réserver", explique-t-il à 20 Minutes




Les images partagées sur les réseaux sociaux montrent les clients patientant à touche-touche sur le trottoir, puis attablés sans respecter les distances de sécurité ni porter de masque. 




Le patron prône la "désobéissance civile" et conseille à "tous les restaurateurs de France de faire pareil", a-t-il indiqué à 20 Minutes. "La pandémie, tout ça, ce sont des mensonges", estime-t-il. 




Au menu, gnocchis et daube de bœuf, ou lentilles corail pour les végétariens. Dans une vidéo largement partagée sur les réseaux sociaux, Christophe Wilson, qui ne porte pas de masque, apporte des assiettes en salle en criant "Liberté", un slogan scandé par les clients. 




La presse locale rapporte qu'une "tirelire à amende" a circulé pendant le service, pour l'aider à payer une éventuelle contravention. Les policiers présents sur place ont verbalisé certains clients pour non-port du masque, selon un journaliste de Nice Matin. Mais ils ont laissé le service se tenir. Le propriétaire est invité à se présenter au commissariat central de Nice en fin d'après-midi, précise 20 Minutes. "Probablement que j'aurai une amende", estime le patron auprès du site. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.