Nice : les tramways à l'arrêt après la condamnation d'un conducteur

Nice  : les tramways à l'arrêt après la condamnation d'un conducteur

L'accident survenu en avril 2015 a coûté la vie à un homme de 76 ans.

leparisien.fr, publié le vendredi 13 avril 2018 à 17h55

Les traminots ont exprimé leur incompréhension après la condamnation d'un conducteur pour un accident mortel lié à un freinage d'urgence.

C'est une condamnation qui ne passe pas. Nice (Alpes-Maritimes) a été privée de tramway une demi-journée vendredi car les conducteurs ont exercé leur droit de retrait au lendemain de la condamnation d'un de leurs collègues pour la mort d'un passager, en 2015, après un freinage d'urgence.

La circulation a repris vers 15 heures après que le syndicat CGT a obtenu des garanties écrites de la direction dédouanant les conducteurs en cas de nouvel accident engageant le système automatique de freinage, précise Nice-Matin. «On a obtenu aussi un calendrier qui fait démarrer des travaux à partir de septembre. Le but est d'adoucir le freinage d'urgence», a précisé Pierre Moreno, secrétaire CGT du comité d'hygiène et de sécurité.

Le passager de 76 ans s'était cogné dans la rameLors de l'accident survenu en avril 2015, un retraité de 76 ans avait glissé sur plus de cinq mètres dans la rame, et sa tête avait heurté un poteau. Il était décédé après cinq jours d'hospitalisation.

Le conducteur a été condamné à six mois de prison avec sursis, alors que son avocat, son syndicat et même le parquet et la famille de la victime avaient demandé, lors du procès, une réouverture de l'enquête pour examiner le système de freinage et l'éventuelle responsabilité du constructeur Alstom, de la régie municipale et des autorités de tutelle ayant validé le fonctionnement des rames.

Quelques heures après la condamnation du conducteur, la CGT a saisi la direction pour que la responsabilité d'un éventuel accident ne repose plus sur les conducteurs et a demandé la suppression du système de veille automatique dans un délai raisonnable.

Un système critiquéCe système, en cours d'abandon sur certains tramways de France, oblige le conducteur à presser sur son volant toutes les 1 à 10 secondes sinon une sonnerie stridente se déclenche suivie d'un freinage automatique brutal qui démultiplie les risques de faire tomber les passagers.

La direction de la régie municipale a confirmé la tenue de cette réunion et le droit de retrait exercé par les conducteurs, sans faire de commentaire.

Depuis l'accident de Nice, les rames n'ont pas été modifiées. La mairie a toutefois commandé un matériel différent pour les futures lignes 2 et 3. Sortie des usines Alstom à partir de 1997, la gamme Citadis équipe une vingtaine de villes françaises. Un autre accident mortel, similaire à celui de Nice, s'était produit à Montpellier en 2012.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.