Nice : les fêtes sauvages se multiplient dans le quartier des Moulins

Nice : les fêtes sauvages se multiplient dans le quartier des Moulins©Pixabay

publié le lundi 02 août 2021 à 12h48

Alcools, barbecues géants, musique... À Nice, les fêtes sauvages se multiplient dans le parc de la préfecture au sein du quartier des Moulins.

Des centaines de personnes ont été évacuées, samedi 31 juillet, rapporte Nice Matin.

C'est le nouveau rendez-vous des fêtards le samedi soir, au grand dam des riverains du quartier. À Nice, le parc de la préfecture qui se trouve dans le quartier des Moulins attire chaque week-end des centaines de personnes pour faire la fête, rapporte Nice-Matin, le 2 août. "Ils viennent de tout le département, se garent n'importe comment, font venir des DJ de Paris, font des barbecues géants, le tout sans masque ni gestes barrière, dénonce un habitant du quartier dans le quotidien. Ces fêtes sauvages durent depuis longtemps mais le phénomène s'est amplifié avec l'été."

Des voisins excédés

Face à cette situation, les voisins sont excédés et n'en peuvent plus. Samedi 31 juillet, des centaines de fêtards ont été évacués par les forces l'ordre. "C'est tous les samedis soir, voire trois jours d'affilée quand ils sont en forme", explique dans Nice-Matin, un riverain. Impossible toutefois d'identifier les organisateurs. Entre musique qui résonne, cris, alcools... Les résidents du quartier vivent un véritable enfer quasi quotidien. D'autant que certaines soirées dégénèrent et virent à la violence.




"On ne dort plus, on ne sort plus le samedi soir, on ne vit plus ! (...) Ces soirées sont connues dans tout Nice, ils viennent en voiture, en tram, à pied. On dirait une armée !", poursuit le riverain. "Quand ils ont bien bu, ils se mettent en mode bagarre. Ils traversent le boulevard, se battent sur le parvis en bas de chez nous, sur le parking, dans la rue..." L'une des craintes des habitants du quartier ? Que ces bagarres tournent mal si ces rassemblements ne cessent pas.

 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.