Moselle : il détenait un véritable arsenal mais a été relaxé pour vice de procédure

Moselle : il détenait un véritable arsenal mais a été relaxé pour vice de procédure
Des dizaines de milliers de cartouches de différents calibres avaient été trouvées au domicile du suspect à Folschviller (Moselle).

leparisien.fr, publié le mercredi 06 juin 2018 à 22h20

Le suspect s'était décrit comme survivaliste en garde à vue. Des propos qu'il a ensuite retirés.

Des cartouches par dizaines de milliers, des armes en tout genre, plusieurs kg de poudre : un homme, jugé mercredi pour avoir détenu un arsenal à son domicile, a été relaxé par le tribunal correctionnel de Sarreguemines (Moselle) pour vice de procédure.

Le procureur, soulignant « une personnalité inquiétante » malgré l'absence d'antécédent judiciaire et une expertise psychiatrique favorable, avait requis trois ans de prison avec sursis et l'interdiction de détenir une arme pendant cinq ans. Une représentante de l'administration des douanes avait de son côté réclamé une amende de 105 000 euros.

Me Emilie Blanvillain avait plaidé la relaxe pour son client, 51 ans, gérant d'une société de maintenance industrielle pour des fabricants de pièces aéronautiques basée au Luxembourg.

Erreur dans l'inventaire, visite irrégulière...

L'avocate avait soulevé des nullités de procédure portant sur l'absence d'information du parquet pour la livraison surveillée par les douanes d'un colis, l'irrégularité de la visite au domicile et une erreur dans l'inventaire des armes saisies.

Le tribunal « doit annuler le procès-verbal des douanes (..) et les actes subséquents » a annoncé le président, qui a néanmoins ordonné la confiscation des scellés.

« Je me suis laissé dépasser par ma collection et je m'en suis rendu compte », avait reconnu à la barre le prévenu, licencié depuis 1988 à la fédération française de tir et instructeur.

Assez de poudre pour détruire la maison

A son domicile, situé à Folschviller près de Saint-Avold, les douanes avaient saisi fin janvier 16 fusils et carabines, 8 revolvers et pistolets, de nombreux chargeurs, des éléments d'armes, 45 428 cartouches et 11 640 douilles de différents calibres, 5 020 ogives et 4,75 kg de poudre. L'explosion des cinq kilos de poudre aurait entraîné « la destruction complète de la maison », avait-il admis en garde à vue.

« Comment pouvez-vous mettre votre maison et votre mère (âgée de 82 ans qui habite avec lui) en danger juste pour une passion ? », lui avait demandé sans obtenir de réponse le président, soulignant qu'il était un homme « raisonnable, solide, intelligent » avec « un parcours de vie normal ».

« On garde de la poudre et des munitions dans une chaufferie ! ça relève du pari, de la roulette russe », s'était étranglé le procureur. « Je n'en sais rien, si c'est du survivalisme ou de l'inconséquence », avait-il observé. Le quinquagénaire s'était décrit lors de sa garde à vue comme un survivaliste avant de se rétracter.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.