Mort d'un couturier chinois à Aubervilliers: jusqu'à 15 ans de prison requis contre deux jeunes

Mort d'un couturier chinois à Aubervilliers: jusqu'à 15 ans de prison requis contre deux jeunes
Un membre de la communauté chinoise pose des fleurs à côté d'une photo du couturier, Chaolin Zhang , tué lors d'une agression à Aubervilliers, à l'occasion du premier anniversaire de sa mort, le 7 août 2017

AFP, publié le mardi 19 juin 2018 à 12h54

Des peines de quinze et huit ans de prison ont été requises mardi à Bobigny contre deux jeunes hommes accusés de l'agression mortelle à caractère "raciste" en 2016 de Chaolin Zhang, un couturier chinois d'Aubervilliers, ont indiqué à l'AFP les avocats des parties.

Quinze ans ont été requis contre l'un des agresseurs présumé, âgé de 19 ans au moment des faits, huit ans contre le second, 17 ans à l'époque.

Ils sont jugés depuis vendredi à huis clos par la cour d'assises des mineurs de Seine-Saint-Denis, pour "vol avec violences ayant entraîné la mort" et, concernant un ami de la victime qui avait également été frappé, une "incapacité totale de travail (ITT) de moins de huit jours", avec la circonstance aggravante de "racisme".

"C'est totalement disproportionné", ont réagi à l'issue des réquisitions Philippe-Henry Honegger et Steeve Ruben, avocats du jeune accusé d'avoir porté le coup ayant entraîné la mort de M. Zhang. 

"Il n'y jamais eu d'intention homicide", ont-ils ajouté auprès de l'AFP, regrettant qu'on veuille faire de ce dossier "un exemple".

"Je suis choquée", a de son côté dit Marlène Viallet, avocate du plus jeune accusé. "Ils n'ont pas du tout tenu compte de la personnalité, ils ont oublié que c'était un gamin de 17 ans à l'époque". 

Les avocats des parties civiles n'ont pas souhaité réagir.

Le 7 août 2016, trois jeunes avaient violemment agressé Chaolin Zhang, couturier chinois de 49 ans, et un ami, lui aussi d'origine chinoise, pour s'emparer de la sacoche de ce dernier. Victime d'un violent coup de pied, Chaolin Zhang avait lourdement chuté au sol. Il était mort à l'hôpital quelques jours plus tard. 

Après sa mort, des milliers de personnes avaient manifesté dans les rues de Paris et d'Aubervilliers pour dénoncer le "racisme anti-asiatique", des agressions à répétition et réclamer plus de sécurité.

Le verdict est attendu mardi dans la soirée.

Le troisième mis en cause, âgé de 15 ans lors des faits, a été condamné en 2017 par le tribunal des enfants à cinq ans de prison dont trois avec sursis.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU