Mobilisation aux États-Unis contre un jeu vidéo avec un tireur dans une école

Mobilisation aux États-Unis contre un jeu vidéo avec un tireur dans une école
Un père endeuillé de Parkland a estimé « répugnant » qu'un développeur de jeux vidéo tire profit d'une « présentation séduisante de tragédies qui frappent nos écoles dans tout le pays ».

leparisien.fr, publié le mardi 29 mai 2018 à 23h19

Le jeu, qui doit sortir le 6 juin prochain, fait polémique notamment auprès des familles de vraies victimes de ce genre de tueries en milieu scolaire.

Que le joueur choisisse d'incarner un agent de l'unité d'élite S.W.A.T. ou un tueur de masse, le nouveau jeu vidéo développé par Revived Games et Acid pose question. Au point qu'aux Etats-Unis, des voix s'élèvent pour dénoncer la sortie prévue le 6 juin prochain de ce divertissement dont le but est de tirer sur un maximum d'élèves dans lycée, ou d'arrêter l'assaillant si l'on se place du côté des gentils. De quoi réveiller le traumatisme des vraies victimes de telles tueries, désormais fréquentes Outre-Atlantique.

« Le contenu de ce produit peut ne pas être approprié pour tous les âges, ou pour la consultation au travail », prévient sobrement la page de présentation d'« Active Shooter » sur la plateforme de jeux vidéo Steam.

Une pétition en ligne

Des familles et amis d'élèves récemment tués par balle dans leur lycée aux Etats-Unis ont ainsi pris la tête d'une campagne contre la sortie du jeu qui sera vendu de 5 à 10 dollars l'unité. « Depuis que ma fille a été tuée pour de vrai dans une fusillade à l'école, j'ai vu et entendu beaucoup d'horreurs ces derniers mois. Ce jeu est l'une des pires ! » a réagi Fred Guttenberg, le père d'une adolescente victime d'un tireur en février à Parkland (Floride). Ryan Petty, un autre père endeuillé de Parkland, a estimé « répugnant » qu'un développeur de jeux vidéo tire profit d'une « présentation séduisante de tragédies qui frappent nos écoles dans tout le pays ». Bill Nelson, sénateur de Floride, a lui estimé « impardonnable » l'existence d'un tel jeu.

Mardi soir, plus de 100 000 personnes avaient signé une pétition sur le site change.org pour exiger que Valve Corporation renonce à sortir le jeu. Emma Gonzalez, David Hogg ou encore Jaclyn Corin, des jeunes rescapés de la fusillade de Parkland, ont également joint leur voix à cet appel. Tous sont devenus des militants très en vue d'un mouvement national appelant à un durcissement de la législation sur les armes aux Etats-Unis.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.