Michel Fourniret, l'Ogre des Ardennes, est mort

Michel Fourniret, l'Ogre des Ardennes, est mort©Panoramic

publié le lundi 10 mai 2021 à 16h05

Le tueur en série, âgé de 79 ans, avait été hospitalisé pour des difficultés respiratoires le 8 mai dernier et placé dans le coma.

Michel Fourniret est mort lundi 10 mai.

L'Ogre des Ardennes, âgé de 79 ans, était pris en charge depuis le 28 avril à l'unité hospitalière sécurisée interrégionale de l'hôpital de la Salpêtrière, à Paris, comme l'avait révélé Le Parisien. Par la suite, il avait été hospitalisé en urgence le 8 mai dernier. Souffrant de difficultés respiratoires, liées à des problèmes cardiaques, il avait été placé dans le coma et un protocole de fin de vie avait été engagé par ses médecins.



Michel Fourniret était détenu au centre pénitentiaire de Fresnes, où il purgeait une peine de réclusion à perpétuité pour les meurtres d'Isabelle Laville, de Fabienne Leroy, Jeanne-Marie Desramault, Elisabeth Brichet, Natacha Danais, Céline Saison et Mananya Thumpong. Le tueur en série, à nouveau condamné en 2018 pour le meurtre de Farida Hammiche, la compagne de l'un de ses ex-codétenus, était dans l'attente d'un nouveau procès pour ceux de Joanna Parrish, Marie-Angèle Domèce et Estelle Mouzin. En mars 2020, l'Ogre des Ardennes avait finalement reconnu son implication dans la disparition de la fillette en 2003, après avoir longtemps nié. Des traces d'ADN de la fillette avaient été retrouvées quelques mois plus tard sur un matelas entreposé dans l'une de ses propriétés.

Une mère abusive

La mort de Michel Fourniret laisse aujourd'hui des familles sans réponses. S'il a avoué avoir commis onze meurtres, le tueur, qui a sévi en France et en Belgique pendant plus de trente ans, est toutefois soupçonné d'en avoir commis d'autres entre 1990 et 2000. Son ex-compagne et complice, Monique Olivier, a notamment indiqué aux enquêteurs que son mari aurait tué leur jeune fille au pair en 1993, sans que les faits aient toutefois pu être confirmés. Michel Fourniret a également laissé entendre qu'il pourrait être lié à la disparition de Lydie Logé la même année.

Au cours de leurs interrogatoires, les enquêteurs ont tenté d'en savoir plus sur l'enfance de Michel Fourniret. En vain. Le tueur en série a opposé à leurs questions un masque imperturbable et son silence. Les psychiatres qui l'ont examiné sont toutefois parvenus à dresser le portrait de sa mère, fille de paysan, stricte et très religieuse, comme le rapportent Les Jours. Son père, ouvrier métallurgiste à Sedan, était, lui, décrit comme alcoolique et absent.

La rencontre avec Monique Olivier

Dernier d'une fratrie de trois enfants, Michel Fourniret a grandi dans le culte de cette mère autoritaire, qui aurait abusé de lui lorsqu'il avait quatre ou cinq ans. Dans une lettre envoyée à Monique Olivier depuis la prison de Fleury-Mérogis, il a écrit pour tout aveu des abus qu'il aurait subis : "Maman faisait la grasse matinée. Elle m'avait pris dans le lit..." Fortement tourné vers la religion, il nourrissait en secret le rêve de devenir curé. Son parcours l'a toutefois amené à suivre une formation pour devenir tourneur-fraiseur. Il s'est marié pour la première fois en 1964 et de cette union est né un petit garçon.

Michel Fourniret a fait face à sa première condamnation en 1967 pour agression sur mineures. Ont suivi d'autres condamnations pour des faits de voyeurisme et de violence entre 1966 et 1973, jusqu'à son incarcération à Fleury-Mérogis en 1984. En prison, il a fait la connaissance de Monique Olivier par l'intermédiaire d'une petite annonce. Ils se sont mariés en 1988, un an après sa libération, et ont eu un fils, Sélim. C'est alors qu'a commencé son parcours meurtrier, avec la complicité active de son épouse. Il est finalement arrêté en 2003, à 62 ans, après avoir tenté d'enlever Marie-Ascension, 13 ans.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.