Meurtres dans l'Yonne: Monique Olivier confirme les récents aveux de Michel Fourniret

Meurtres dans l'Yonne: Monique Olivier confirme les récents aveux de Michel Fourniret
Monique Olivier, l'ex-femme du tueur en série Michel Fourniret, au tribunal de Charleville-Mézières, le 29 mai 2008

AFP, publié le vendredi 08 juin 2018 à 20h09

Monique Olivier, entendue cette semaine par la justice, a confirmé l'implication de son ex-mari, le tueur en série Michel Fourniret, dans les meurtres de deux jeunes filles dans l'Yonne, il y a près de 30 ans, ont indiqué vendredi les avocats des familles parties civiles.

Monique Olivier a été "entendue plusieurs fois cette semaine" dans le cadre de l'enquête de la juge d'instruction parisienne sur les meurtres de Joanna Parrish et Marie-Angèle Domece, il y a une trentaine d'années, dans l'Yonne, ont indiqué à l'AFP Corinne Herrmann et Didier Seban, les avocats des familles des jeunes filles. 

L'ancienne complice de Michel Fourniret est "revenue sur ses rétractations" et "a donc reconfirmé les aveux qu'elle avait faits en 2004 et 2005" concernant la responsabilité de son ex-mari dans ces deux meurtres, ont indiqué les avocats, qui confirmaient une information d'Europe 1. 

"C'est un grand soulagement pour les familles qui attendent une réponse depuis si longtemps", ont-ils commenté sans donner plus de détails sur ces nouvelles déclarations.

Entendu à six reprises en février et mars, Michel Fourniret, 75 ans, a livré des "aveux réitérés", pour ces deux nouveaux crimes après les avoir niés dans le passé.

Le 17 mai 1990, le corps nu de Joanna Parrish, alors assistante d'anglais au lycée Jacques-Aymot d'Auxerre, avait été retrouvé à Moneteau (Yonne). La jeune femme, 20 ans, avait été violée et battue avant sa mort.

Marie-Angèle Domece, handicapée mentale, avait disparu le 8 juillet 1988 dans l'Yonne, à 19 ans. Son corps n'a jamais été retrouvé. 

A plusieurs reprises, Monique Olivier avait désigné son ex-mari comme le meurtrier, avant de se rétracter par la suite.

Michel Fourniret avait, lui, toujours contesté son rôle dans ces deux disparitions, y compris pendant son procès devant la cour d'assises des Ardennes, où il a été condamné le 28 mai 2008, à la perpétuité incompressible pour sept meurtres. Monique Olivier a, elle, été condamnée à la perpétuité, accompagnée d'une mesure de sûreté de 28 ans, pour sa complicité dans cinq meurtres.

Dans le dossier parisien, la magistrate pourrait clore son instruction à la fin de l'année, ouvrant la voie à un nouveau procès courant 2020, selon les avocats. 

Michel Fourniret avait déjà été mis en examen en 2008 dans cette affaire mais il avait bénéficié d'un non-lieu en 2011, faute de preuves suffisantes. La justice avait finalement ordonné en 2012 la reprise des investigations.

"Il reste désormais une attente, qui est celle de retrouver le corps de Marie-Angèle Domece pour que cette famille soit enfin apaisée", ont déclaré les avocats.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.